Aeoris
Bienvenue sur Aeoris !
Il s'agit d'un forum RP basé sur l'univers médiéval-fantastique du monde d''Arcadia et plus précisément dans la cité D'Aeoris. Nous comptons actuellement 41 membres, et l'ambiance est excellente, en particulier sur la chatbox du site. Le forum est très actif et de nombreux RP et events sont au programme. Tous les amateurs de manga, musique, dessin et autres activités artistiques trouveront aussi leur bonheur dans la partie dédiée à ce sujet. Si vous êtes à la recherche de RP passionnants, de gros délires et d'une ambiance sympa, n'hésitez pas et rejoignez-nous !
(Demandes de partenariat inter-forums dans la partie prévue à cet effet. Pas besoin d'inscription.)


Les anonymes redeviennent poussière, sans personne pour les pleurer. Seuls les actes sont honorés.
 
AccueilFAQMembresS'enregistrerConnexionCalendrier
Bienvenue sur Aeoris. Rejoignez nous et forgez votre destinée !
Le forum va bientôt être en reconstruction, nous travaillons pour pouvoir vous fournir un contenu de qualité.
DESIGN EN REFONTE ; n'en tenez pas compte, continuez à RP !
L’équipe du site
Admins :
Derniers sujets
» Alibi-RPG!!
Lun 8 Mai - 13:58 par Invité

» Réveil difficile [RP solo]
Ven 7 Avr - 0:02 par Kaltaïs Thra

» Images du site
Jeu 16 Mar - 17:40 par Kaltaïs Thra

» L'horreur dans la cale
Dim 15 Jan - 14:46 par Vas Solemen

» Autour d'un verre [PV Aliah]
Mer 28 Déc - 22:32 par Kaltaïs Thra

» De l'ombre à la lumière
Lun 19 Déc - 15:37 par Aliah

» Une épreuve explosive [pv Nindaeï - Aliah]
Jeu 15 Déc - 15:51 par Aliah

» Une rencontre déterminante
Sam 26 Nov - 15:04 par Nindaeï Murmuresoleil

» Une mission de "discretion"
Mer 23 Nov - 0:52 par Aliah


Partagez | 
 

 [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Jeu 5 Jan - 19:27

Il est normal qu'une personne qui a appris la nuit dernière qu'une de ses connaissances cherche à se débarrasser d'elle soit anxieuse. Ajoutez à cela une montagne de papiers à inspecter, de visites à faire à des gens qu'on déteste, et des subalternes incompétents, et vous avez une humeur détestable.
C'était dans cet état d'esprit que j'allais à l'auberge. Pourquoi donc, me demanderiez-vous, la Girudomasutâ de la Noble Alliance irait à l'auberge ? C'était très simple : en plein milieu de mon déjeuner -un sandwich...je n'arrive même plus à manger un sandwich en paix...-, le gérant est arrivé, essouflé et en colère. "Vos hommes sont en train de massacrer mon auberge ! Y en a un qui est saoul et qui en a provoqué un autre, enfin bref, vous voyez où je veux en venir ?" m'a t'il dit. Bien sûr que je vois où il veut en venir : il voulait que j'aille les enguirlander et que je paye les réparations. Et ça ne pouvait pas attendre la fin de mon sandwich, apparemment...

Par conséquent, pour éviter des problèmes diplomatiques avec les Voyageurs du Temps, j'abandonnais avec tristesse mon encas et, le ventre protestant, j'allais voir ce qui se passait. Je comptais y aller à cheval : devinez quoi, l'écurie était en train d'être nettoyée. Je sentais l'agacement monter : qu'à cela ne tienne, j'irai à pieds, pendant que le gérant resterait tranquillement à boire un thé. Quel pique-assiette, celui-là...
Par conséquent il me fallut dix minutes pour atteindre l'auberge : malheureusement cela n'avait pas suffit pour calmer mes hommes, car à une vingtaine de mètres de la porte, j'entendais déjà le vacarme dû au combat. L'après-midi s'annonçait charmant, pensais-je ironiquement.

J'ouvrais la porte violemment, et constatais que l'homme ne m'avait pas menti. Massacrer était effectivement le mot qui convenait.
Les tables, ou ce qu'il en restait, gîsaient à côté de l'escalier menant aux chambres. Le sol était couvert d'alcool : on aurait dit un lac, parsemé ci et là d'îlots de verre brisé et de nourriture. La seule chose qui semblait à peu près épargnée était le lustre...ah non, une bouteille venait de faire tomber une bougie sur le sol alcoolisé. Génial, maintenant tout allait prendre feu...et bien sûr, personne ne le remarquait. D'ailleurs aucun de ces imbéciles ne m'avaient vu entrer, ce qui ne faisait qu'augmenter mon énervement.

Je retirais ma cape et éteignais le feu avant qu'il ne s'amplifie trop : cependant, en me redressant, je faillis être victime d'une fourchette lancée à l'autre bout de la salle. J'attendais que le lanceur réalise qui il venait de viser : rien. J'eus juste un : "Eh, la gonzesse, dégage !!"
Maintenant, j'étais en colère. Et ils allaient regretter de m'avoir mise dans cet état.

Je dégainais mon épée et parais un projectile fusant vers moi. Puis je marchais furieusement vers une des seules chaises survivantes, l'approchais du comptoir, et je montais dessus. De là, j'avais une excellente vue sur l'intégralité de la salle, et les hommes avaient une vue distincte de moi. Parfait.


"Lequel d'entre vous m'empêche de déjeuner tranquillement ?" lançais-je fortement et froidement.

En m'entendant, les hommes s'arrêtèrent dans le geste qu'ils accomplissaient et tournèrent le regard vers moi. Silence total. Puis, progressivement, certains osèrent se tourner entièrement vers moi. Cependant, personne ne répondit à ma question : cela ne fit que me faire exploser.


"Messieur, j'espère que vous réalisez ce que vous avez fait, commençais-je calmement. Je vous en pris, retournez-vous, regardez."

J'attendis un peu avant d'élever la voix; puis je me lançais.

"Vous êtes une disgrâce ! Vous êtes une véritable honte pour notre faction !! Où est donc passé votre honneur, dans une bouteille de whisky ?!...vous agissez comme des malotrus, vous qui êtes censés représenter la justice et les bienfaits de l'ordre ! Votre comportement est une insulte à ces valeurs ! Et sachez, messieur, que même les assassins des Marcheurs d'Ombre ne se comportent pas de manière aussi irrespectueuse !!! Même leurs pires tueurs, ceux qui éventreraient des enfants, auraient assez de respect pour ne pas détruire l'auberge d'un brave commerçant ! Un brave commerçant qui, lui, travaille, alors que vous allez BOIRE !!! VOUS TROUVEZ LE TEMPS DE BOIRE AVEC TOUS LES PROBLEMES QUI ONT LIEU EN CE MOMENT ?! J'aimerais vous rappeler qu'à l'heure qu'il est, des criminels courrent toujours ! J'aimerais vous rappeler que l'insécurité règne dans certains quartiers de notre faction, MAIS QUE VOUS LES EVITEZ !!! Bon sang, ON EST EN GUERRE !!! Qu'est ce que vous fichez à boire ?! Alors maintenant, je vous préviens : que vous ne fassiez rien pendant votre service, c'est votre problème, juste ne venez pas vous plaindre si votre salaire en subit les conséquences. Mais si je vous reprend à endommager la ville, vous irez passer le reste de votre carrière à la frontière des quartiers des Marcheurs d'Ombres. Suis-je suffisamment claire ?...parfait. Alors REMETTEZ CETTE PIECE DANS L'ETAT OU VOUS L'AVEZ TROUVEE !!!"

Sur ce les hommes se ruèrent sur les épaves de tables et essayèrent de les faire tenir. Au moins, je n'avais pas crié pour rien; maintenant, je vais enfin pouvoir retourner au manoir...enfin c'est ce que je pensais, jusqu'à ce que j'entende les escaliers craquer. Je vis des bottes de soldat descendre, puis les jambes. Des jambes d'elfe, plutôt musclées...serait-ce...? Non, c'était stupide. Pourquoi aurait il été dormir à l'auberge ? Cependant en voyant de longs cheveux noirs apparaître, je compris que je ne me trompais pas. C'était bel et bien Elrand.

Peut être que j'allais réussir à l'engueuler, au final, vu mon humeur massacrante...en tout cas, mon premier réflexe fut de retirer ma chaussure et de la lui lancer au visage.


"Officier Thra, ne croyez pas vous en tirer comme ça."

Je lui fis signe de remonter, et pris les escaliers à sa suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Jeu 5 Jan - 20:09

Après ma rencontre avec le vampire, le chat-garou et l'homme-souris -maintenant je me méfierai des souris....-, j'avais été à l'auberge boire un Caco-Laco (c'est un mix entre du lait et du jus de Cathycorium, c'est très bon). Puis, voyant l'heure, j'avais décidé qu'il était trop tard pour aller faire mon rapport à Areil. Alors j'ai décidé de rester dans cette auberge fort sympathique pour la nuit, quitte à me faire taper sur les doigts le lendemain par ma Girudomasutâ hystérique (j'étais sûr qu'elle serait hystérique. Je n'ai pas pû lui donner de nouvelles lors de ma fillature, alors elle avait dû commencer à stresser et à se dire qu'elle n'aurait jamais dû m'envoyer suivre cette dangereuse criminelle. Et du coup dès qu'elle me verrait elle me reprocherait de ne pas l'avoir contactée, puis elle me demanderait mon rapport, en faisant semblant de ne pas être soulagée que je ne sois pas mort...ah là là, Areil est vraiment une très mauvaise actrice...-je souris à cette pensée...oh, souris...Elrand, c'est quoi ce traumatisme à cause d'un changeforme ?...bon...*fin de la discussion entre Elrand et Elrand*)

Je m'étais levé assez tôt ce matin, mais je n'avais pas eu envie de sortir. J'étais donc resté allongé sur le lit...et j'avais réussi à me rendormir...pour être réveillé par la bagarre à l'étage du dessous. Alors je décidais d'attendre sa fin dans ma chambre, car je n'avais pas spécialement envie de me battre après ma rencontre avec la Bannie et mon combat avec le vampire, dont je gardais encore quelques courbatures. En tout cas, le vacarme dura longtemps : au moins 20 minutes, avant que d'un coup, tout s'arrête. J'en fus assez surpris, alors ma curiosité me fit sortir de ma chambre pour aller espionner discrètement.

"Vous êtes une disgrâce ! Vous êtes une véritable honte pour notre faction !! Où est donc passé votre honneur, dans une bouteille de whisky ?!...vous agissez..."

...Selenba, arrête de m'envoyer des personnes qui me tappent sans retenue. J'ai déjà assez de courbatures, ça suffit : pas besoin d'une Areil enragée pour m'achever.

Ne pensez pas que je n'avais pas envie de voir Areil : mais j'aurais préféré qu'elle soit de bonne humeur. Surtout avec les mauvaises nouvelles que j'allais devoir lui annoncer....enfin, attendons au moins la fin de son discours.

"...un brave commerçant qui, lui, travaille, alors que vous allez BOIRE !!! VOUS TROUVEZ LE TEMPS DE BOIRE AVEC TOUS LES PROBLEMES QUI ONT LIEU EN CE MOMENT ?! J'aimerais vous rappeler qu'à l'heure qu'il est, des criminels courrent toujours ! J'aimerais vous rappeler que l'insécurité règne dans certains quartiers de notre faction, MAIS QUE VOUS LES EVITEZ !!! Bon sang, ON EST EN GUERRE !!! Qu'est ce que vous fichez à boire ?! Alors maintenant, je vous préviens : que vous ne fassiez rien pendant votre service, c'est votre problème, juste ne venez pas vous plaindre si votre salaire en subit les conséquences. Mais si je vous reprend à endommager la ville, vous irez passer le reste de votre carrière à la frontière des quartiers des Marcheurs d'Ombres. Suis-je suffisamment claire ?...parfait. Alors REMETTEZ CETTE PIECE DANS L'ETAT OU VOUS L'AVEZ TROUVEE !!!"


Bon, elle avait fini. Allez, courage Elrand...pensais-je en descendant les escaliers assez lentement. Au beau milieu de ma descente, cependant, je reçu une chaussure en plein visage. Je me tournais dans la direction de la chaussure, sachant déjà à qui elle appartenait.

"Officier Thra, ne croyez pas vous en tirer comme ça."


Aie, elle était toujours autant en rogne. J'allais passer un sale quart d'heure.

Elle me fit signe de remonter : j'obéis immédiatement, sachant qu'elle me suivait. Je la guidais vers ma chambre -heureusement que je l'avais rangée...- : nous savions tout deux que d'une, nous ne pouvions pas nous tutoyer en public, malgré le fait que tout le monde sache que nous sommes amis, et que de deux, ce dont on allait parler nécessitait une discrétion absolue : des personnes qui chercheraient à se débarrasser d'Areil pourrait profiter de l'ouverture créée par l'assassin de mon père. Et donc, nous entrâmes dans la chambre.

A peine la porte refermée je commençais à défendre ma cause tant que je le pouvais.

"Alors d'abord, sache que je suis vraiment désolé pour ne pas avoir fait mon rapport plus tôt, mais la Bannie m'a découvert et on a discuté, et puis après il y a eu cet homme souris et il était tard, alors je n'ai pas voulu venir t'embêter à deux heures du matin..."

En voyant son regard, je décidais de me taire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Dim 8 Jan - 18:50

Après avoir ramassé ma chaussure, je suivis Elrand. Il m'emmena silencieusement à sa chambre, me laissa entrer, puis lui même s'engouffra dans la pièce. Pièce qui était étonnement bien rangée : je n'avais jamais vu la chambre d'Elrand, mais je supposais qu'il devait la tenir dans le même état que celle là...en tout cas, moi qui pensais qu'il était aussi voire plus déshordonné que moi, je fus agréablement surprise.
Après mon inspection visuelle rapide du lieu -fenêtre fermée, pas de chambre communicante...personne n'entendrait rien-, je me retournais vers Elrand, qui fermait la porte. A peine nous eut-il enfermés qu'il se mit prestement à donner ses excuses pour ne pas avoir fait son rapport.

"Alors d'abord, sache que je suis vraiment désolé pour ne pas avoir fait mon rapport plus tôt, mais la Bannie m'a découvert et on a discuté, et puis après il y a eu cet homme souris et il était tard, alors je n'ai pas voulu venir t'embêter à deux heures du matin..."


J'étais toujours énervée. Enfin, suffisamment pour ne pas relever son histoire d'homme-souris, que je croyais n'être qu'une invention de cet idiot de roi. Cependant je ne l'étais pas assez pour tenir ma promesse de lui détruire les oreilles; et son regard sincère suffit à m'y faire renoncer définitivement.
Génial...je n'étais même plus capable de crier sur Elrand...à vrai dire, je n'en avais même plus envie. A quoi bon...de toute façon, c'était ma faute si il s'était retrouvé dans cette situation. J'étais plus soulagée de le voir indemne que vexée par son absence de communication. Et j'étais surtout très lasse et fatiguée....fatiguée de m'énerver pour rien. Après tout, pourquoi m'impliquer tant dans cette guerre ? La personne qui cherchait à se débarrasser de moi avait réussit à tuer un de mes proches. Cela ne me suffisait il pas ? Cela ne me suffisait-il pas pour comprendre que j'allais perdre ce combat ? Et que dans ma chute, j'entraînerais les personnes auxquelles je tiens ?
Cependant, je voulais tout de même venger Berrian. Pour Elrand et les jumelles, pour Lady Thra, pour mon père, et pour moi même. Mais n'étais-ce pas peine perdue ?...quand bien même ç'en était une, je devais continuer. Par respect pour sa mémoire, pour ses proches, et pour ne pas montrer ma défaite à mon ennemi. "Je" ne devait rien influencer dans ce duel entre l'héritière des Gothello et son adversaire. "Je" n'avait pas le droit d'exister.
"Je" devais être sacrifiée dans ce conflit, et j'en étais consciente. Alors je devais juste continuer, inlassablement, quelque soit le temps, quelque soient mes blessures, quelque soit l'importance de ma vie. Car ma vie ne m'appartenait pas : elle appartenait à l'honneur des Gothello.


Alors je ne fis que soupirer, et répondis à Elrand sans vraiment le regarder :

"C'est bon, ne t'en fais pas, je suis au courant. J'ai déjà commencé à enquêter sur quelques suspects possibles; j'espère avoir les résultats au plus vite, qu'on puisse enfin boucler cette affaire et venger ton père."

Puis je me retournais et allais regarder les passants à la fenêtre .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Dim 8 Jan - 21:45

A mon grand étonnement, elle ne cria pas; elle ne me repprocha même pas quoi que ce soit. Elle soupira juste, avant d'ajouter :

"C'est bon, ne t'en fais pas, je suis au courant. J'ai déjà commencé à enquêter sur quelques suspects possibles; j'espère avoir les résultats au plus vite, qu'on puisse enfin boucler cette affaire et venger ton père."


Puis elle alla regarder à la fenêtre. Je dois avouer qu'au début, je fus totalement déstabilisé : c'était la première fois que je voyais Areil réagir comme cela. Elle avait l'air fatiguée, démoralisée même...bien sûr, je l'avais déjà vue dans cet état là; mais j'avais du mal à comprendre pourquoi elle était comme cela alors que deux minutes plutôt, elle réprimandait ses hommes avec une émotion vive. Etait-ce de la déception ? Pourtant je n'avais rien dit de mal...peut être était-ce un mal être trop longtemps refoulé ? Je dois avouer que cette hypothèse était très probable, connaissant Areil. Si c'était bien le cas, j'étais décidé à lui remonter le moral.

Je m'approchais silencieusement d'elle et me plaçais à côté d'elle.

"Areil, lui demandais-je en posant ma main sur son épaule, ça va ?"

Je scrutais son visage, à la recherche du moindre indice montrant à quel point elle allait mal. Je remarquais qu'elle avait les yeux dans le vide : elle devait être en train de se torturer mentalement...bon sang, elle ne changerait jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Lun 9 Jan - 21:28

Depuis qu'on m'avait donné ce poste de Girudomasutâ...avais-je été heureuse, vraiment heureuse, plus que quelques instants ?...le bonheur. Le bonheur n'était il pas ce qui symbolisait la vie ?...étais-je morte, alors, moi qui ne ressentais plus que le poids du passé ? Pas encore. J'agonisais, expirant mes derniers souffles, mais la mort n'avait pas la bonté de m'achever. Enfin, la mort...plutôt la vie...

Une vie qui habitait encore la main qui s'installa sur mon épaule. A vrai dire, Elrand était l'image même de la vie : quoi qu'il arrivait, il ne se laissait jamais abattre...même la mort de son père ne l'avait pas dévasté. Je ne doutais pas qu'il était peiné; mais le connaissant, il devait trouver la force de continuer dans la foi que son père n'aurait jamais voulu qu'il arrête de vivre à cause de son trépas. Mais ce n'était pas parce qu'il supportait vaillament la mort de son père que je pouvais me permettre de l'impliquer autant dans cette affaire. J'étais vraiment cruelle : je n'arrêtais pas de lui rappeler la mort de son père. Mais il ne m'en voulais pas; au contraire, il continuait de m'épauler, alors que je ne le méritais pas. Il s'inquiétait pour moi, après tout ce que je lui avais fait...?

"Areil, ça va ?"


Non...non, ça n'allait pas. Mais de quoi avais-je à me plaindre ? J'étais une princesse, ce n'était pas mon père qui était mort, et j'avais un ami adorable. Alors pourquoi mon coeur pesait-il si lourd dans ma poitrine ? Si je faisais souffrir ceux que j'aime, c'était de ma faute. Je n'avais pas le droit d'être triste à cause de cela, car j'avais moi même créé cette situation. La culpabilité que je ressentais était la juste compensation : je n'avais pas le droit de m'en plaindre. De même, la mort de Berrian était une conséquence de mes mauvais choix, je n'avais pas le droit de m'en prendre à qui que ce soit d'autre qu'à moi même. Et quand bien même je trouverai celui qui a donné la mort, je saurais que le seul coupable était moi. Ou plutôt l'héritière des Gothello, qui ne devait faiblir à aucun prix, et qui devait être prête à tous les sacrifices.

Mais "je" n'était pas prête à cela. Mais "je" n'étais plus qu'une petite fille en sang capturée dans une cage couverte de ronces...

Il fallait que je réponde. Mais que pouvais-je répondre...? Je n'avais pas de raison de ne pas aller bien, alors je devais aller bien, non ?...mais je ne me sentais pas bien...bon, remontons à la source : pourquoi étais-je triste ?...non, d'abord, j'étais lasse. Lasse d'être le chef d'une faction qui détruisait mon âme. Voilà ce que je devais répondre.

"Oui, oui, ne t'en fais pas, lui répondis-je, tentant de lui sourire, j'en ai juste marre de la paperasse"

Sur ce je fis mine de plaisanter, espérant qu'il laisserait tomber l'affaire.



(Areil et ses états d'âme, ou l'art et la manière de meubler un RP xD enfin là ça fait même plus vrai son blabla mental tellement c'est déprimant xD)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Mar 10 Jan - 21:48

Elle resta assez longtemps les yeux dans le vague, sans laisser transparaître quoi que ce soit sur son visage. Mais j'eus quand même une réponse à ma question :

"Oui, oui, ne t'en fais pas, j'en ai juste marre de la paperasse"


Elle se forçait à rire, c'était évident, tout comme le fait que son excuse était plus ou moins bidon. Oh, je me doutais bien qu'elle en avait marre de la paperasse; mais connaissant Areil, pas au point d'avoir l'air si fatiguée. Rien qu'à la voir, je pouvais deviner le nombre de nuits blanches qu'elle avait passées. Pas étonnant que ses nerfs lâchent : déjà qu'ils sont au bord de la rupture en temps normal, mais en plus si elle ne dormait pas....

J'étais tout de même inquiet pour elle : il y avait autre chose qu'un manque de sommeil et de divertissement. Quelque chose qu'elle devait garder en elle depuis plusieurs années, vu qu'elle s'était coupée de tous ses proches, et qui lui faisait plus de mal qu'elle ne le pensait. En un sens, c'était une bonne chose qu'elle craque maintenant : si c'était arrivé quand elle était seule, je n'aurais pas eu d'opportunité de l'aider. Car je devais l'aider : Areil était beaucoup plus fragile qu'elle ne le laissait paraître...mais elle même ne s'en rendait pas compte, et elle se laissait mourir.

Je n'allais pas la laisser faire.

"Mais oui, la paperasse..." soupirais-je en souriant. Elle voulait jouer à ça; on allait jouer à ça.

Et sans crier garde, je l'attrapais et la soulevais -ouah, elle était vraiment légère ! O.O-. Et avant qu'elle ne comprenne ce que je faisais, je la portais dans mes bras jusqu'au lit, où je la posais délicatement. Je ne lui laissais pas le temps de faire quoi que ce soit : je déplaçai la chaise du bureau juste à côté du lit et m'assis dessus.

"Areil, te souviens-tu de ce que tu m'avais promis ? dis-je d'un ton plus sérieux, et en arrêtant de sourire. Puis, après une pause, je continuais. Si il n'y a plus de distance entre nous, pourquoi refuses-tu de me dire ce qui ne va pas ?"



(t'en fais pas, ça reste crédible X) ce qui est moins crédible c'est la naïveté de nos personnages XD)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Dim 15 Jan - 20:52

Il souriait...alors peut être qu'il n'allait pas insist...ou si...
A peine avais-je cru qu'il allait lâcher l'affaire que je me retrouvais dans les airs. Ou plutôt dans ses bras. Le temps que je réalise ce qui m'arrive, il était déjà en train de me déplacer.
Ma réaction, parfaitement compréhensible, fut de me débattre, avant de demander à ce qu'il me lâche. Mais en voyant son air amusé, je compris que c'était inutile; alors j'attendis qu'il me pose. Il finit par m'installer sur le lit, avant de lui-même se placer à côté de ce dernier.


"Areil, te souviens-tu de ce que tu m'avais promis ? Si il n'y a plus de distance entre nous, pourquoi refuses-tu de me dire ce qui ne va pas ?"

Elrand ne souriait plus. Dans ses yeux bleus sombres, je pouvais lire son inquiétude, et uniquement son inquiétude : malgré le fait que je continuais de lui cacher mes pensées, il ne semblait pas être blessé par ma conduite. Il s'en faisait pour moi...et moi, je ne faisait qu'accentuer son inquiétude en ne lui disant rien. Quelle amie j'étais...

"Il n'y a plus de distance entre nous..." répétais-je assez faiblement. J'essayais de le regarder dans les yeux, mais c'était si dur....
"Pourtant, je n'arrête pas de te blesser...(une pause. Je pris mon courage à deux mains et le regardais dans les yeux) Elrand, je ne te demanderai pas de me pardonner, car je ne peux pas te promettre que je ne te blesserai plus. Mais je jure sur l'honneur des Gothello que je ne briserai pas ma promesse : jamais je ne trahirai à nouveau ta confiance, même pour te protéger. Et un jour, peut être...tout sera comme...avant..."

Je savais bien que je ne répondais pas à sa question, et qu'il insisterait. Mais il ne pouvait absolument rien à mes problèmes...tous ces problèmes...qui venaient de ce poste maudit de Girudomasutâ. Alors, à quoi bon lui en parler ? Tout ce que nous pouvions faire, c'est attendre...mais attendre quoi...? La fin de la guerre avec les Marcheurs d'Ombre...ou ma déchéance redoutée...?
Si seulement nous pouvions redevenir ces enfants, heureux de ne rien savoir...



(mdr c'est sûr x)


Dernière édition par Areil Gothello le Lun 16 Jan - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Lun 16 Jan - 19:13

"Elrand, je ne te demanderai pas de me pardonner, car je ne peux pas te promettre que je ne te blesserai plus. Mais je jure sur l'honneur des Gothello que je ne briserai pas ma promesse : jamais je ne trahirai à nouveau ta confiance, même pour te protéger. Et un jour, peut être...tout sera comme...avant..."


...déjà, elle arrêtait de nier qu'elle n'allait pas bien : son visage entier reflétait sa tristesse. Mais c'est dans ses yeux de nacre tremblants que son malaise était le plus fort. Je me demandais qu'est ce qui la détruisait ainsi, comment pouvais-je la rassurer; pourtant, je n'osais pas la questionner, même si c'était nécessaire. Je sentais qu'elle ne voulais pas en discuter, et j'avais beau m'inquiéter pour elle, je ne voulais pas accentuer sa peine. Je préférais qu'elle m'en parle de son plein gré.

Il n'empêchait que je devais la réconforter : alors j'attrapai son avant bras pour attirer son attention.

"La seule chose qui me blesse, c'est de te voir dans cet état. Mais, continuais-je en lui souriant chaleureusement, si tu ne te sens pas prête à me dire ce qui ne va pas, tu n'as pas à en parler. Par contre je t'oblige à faire une sieste."

Sur ce je la plaquais sur le lit et tirais la couette sur elle, avant qu'elle n'essaie de protester. Elle se laissa faire, mais me lança un de ses regards éberluhés.

"Bah quoi ? Rien qu'à voir ta tête on devine le nombre de nuits blanches que tu as faites" répondis-je malicieusement. Cette petite pique devrait la remettre en forme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Lun 23 Jan - 21:04

"La seule chose qui me blesse, c'est de te voir dans cet état. Mais si tu ne te sens pas prête à me dire ce qui ne va pas, tu n'as pas à en parler. Par contre je t'oblige à faire une sieste." me dit il en souriant.

Je fus vraiment étonnée par sa réaction : j'étais tellement sûre qu'il allait me forcer à en parler...avais-je l'air si désesperée ?...en tout cas, j'étais soulagée. Je ne voulais vraiment pas l'embêter avec mes problèmes futiles, qui pourtant semblaient me dévorer...je n'arrivais même pas à lutter face à ce genre d'épreuve...j'étais vraiment pitoyable, comme Girudomasutâ.
Par contre j'aurais dû prévoir le coup de la sieste. Je n'aurais pas dû être déstabilisée quand il plaqua mes épaules sur le lit et installa le drap sur moi. Parce que cela, par contre, c'était du Elrand tout craché.

En temps normal, j'aurais résisté...mais effectivement, j'étais fatiguée....et je savais que cela rassurerait Elrand, que je me repose un peu. C'était la seule chose que je pouvais faire pour lui, le rassurer...alors malgré toutes les affaires en cours que je devais traiter, je n'hésitais pas une seule seconde, et décidais de lui obéir.
Cela ne semblait rien, mais j'espérais que cela me rapprocherait un peu de ce jour dont je lui avais promis la venue...celui où tout serait comme avant, du moins entre nous....
Je relevais un peu la couverture pour être bien à mon aise et, finis par répondre à la pique d'Elrand :


"Oh zut...il va falloir que je couvre ça avec du fond de teint lors du bal de demain, alors !" plaisantais-je en mettant mes mains à mon visage pour mimer mes paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Dim 29 Jan - 20:52

Effectivement, elle commençait à reprendre du poils de la bête : Areil maquillée, c'était un crime pour les yeux -elle n'est pas fichue de mettre du mascara normalement...ni le reste d'ailleurs, et depuis que je lui avais fait remarquer elle ne touchait plus au maquillage.
Allez, une autre pique pour la route, c'était trop tentant.

"Si tu veux garder ton cavalier, évite" dis-je avec un sourire malicieux, avant de me décaler légèrement pour éviter l'oreiller qu'elle allait forcément me lancer. "D'ailleurs, ajoutais-je, avec qui est-ce que tu y vas ?"

Tant qu'à faire, autant le lui demander en personne, même si l'information aurait vite circulé dans la caserne. J'étais curieux, et comme je ne pensais pas aller au bal...bon ok, la vérité c'est que je préférais m'assurer qu'elle n'aille pas avec un gars bizarre. Il n'aurait fait qu'une bouchée d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Lun 30 Jan - 19:52

"Si tu veux garder ton cavalier, évite"

...réflexe face à ce style de blagues : lancer l'objet le plus proche dans sa tête. Mais il l'avait prévu...très bien, coup de pied dans le genou à côté du lit alors. Mais je m'arrêtais dans mon geste en entendant sa question :

"D'ailleurs avec qui est-ce que tu y vas ?"

Je savais bien pourquoi il me demandait cela : mais c'était aussi une magnifique perche pour me venger de sa pique. Je m'enfonçais bien dans mon lit -il était quand même bien confortable...- avant de lui répondre.

"Raphaël Kelen m'a invitée...pourquoi ? Serais-tu jaloux, Elrand ?"

Sur ce je ris légèrement, plutôt fière de cette répartie; mais dès que je vis que j'étais la seule à m'en amuser, je me fis silencieuse et observais Elrand. Il avait l'air dubitatif...avait il un problème avec Monsieur Kelen ?...bah, au pire, il n'aurait qu'à me surveiller de loin. Tiens, d'ailleurs...

"Au fait, tu viens au bal Elrand ?"

J'espérais qu'il pourrait se libérer...cela faisait longtemps qu'on n'avait pas dansé ensemble ! En plus, ce bal était vraiment très important cet année, beaucoup d'invités de marques seront présents...dont Eowen...
Tout de suite mon moral partit en chute libre, mais je l'attente de la réponse d'Elrand le retint de tomber trop bas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Lun 30 Jan - 20:21

"Raphaël Kelen m'a invitée...pourquoi ? Serais-tu jaloux, Elrand ?"


Je décidais de ne pas faire cas de sa plaisanterie et de réunir ce que je savais sur cet homme...Kelen...c'était le Girudomasutâ des Voyageurs du Temps, ancien chef de la guilde des mages...il était réputé pour être calme et élégant, mais on le disait aussi très libertin...et il avait pas mal de succès auprès des filles...mouais. J'aurais préféré autre chose. Enfin, il y avait de grandes chances que son intérêt soit plus politique que relationnel : Areil n'était pas le genre de filles faciles et dragueuses qu'il devait fréquenter; de plus, il venait de décrocher son poste, il vallait mieux qu'il entretienne de bonnes relations avec les autres factions. Quant à Areil, elle n'aurait pas pû refuser même si elle l'avait voulu car la faction en aurait pâti. Bon...j'allais devoir faire avec alors...

Je fus tiré de mes réflexions par la miss qui me posait une question :

"Au fait, tu viens au bal Elrand ?"


...ah. La question qui fâche.

"Malheureusement, je pense que je ne pourrais pas y aller...j'ai trop de retard sur mes rapports, tu vas me tuer si je ne travaille pas un peu..."

...bon, mission suicide accomplie. Selenba, c'est quand tu veux...pff, qu'est ce que je fiche à demander quelque chose à Selenba, elle n'est jamais là quand il faut. Enfin quoique, j'ai survécu à mon entretien avec la Bannie...enfin dans le doute, changeons de sujet en vitesse.

"Au fait, comment as tu su pour ma rencontre avec Sauloon...?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Lun 30 Jan - 21:02

"Malheureusement, je pense que je ne pourrais pas y aller...j'ai trop de retard sur mes rapports, tu vas me tuer si je ne travaille pas un peu..."

J'étais déçue...j'aurais bien aimé qu'il vienne; mais d'un autre côté, il avait raison, il devait remplir ses rapports. Il avait déjà trois mois de retard, si je me souvenais bien...

"Au fait, comment as tu su pour ma rencontre avec Sauloon...?" ajouta t-il avant que j'ai le temps de m'énerver...grr...

C'est vrai que je ne lui avais rien dit ! Quelle tête en l'air ! Je rattrapais vite cette erreur, lui racontant dans les moindres détails ce qui s'était passé pendant qu'il suivait Eowen : ma rencontre avec Mlle Papillon, et comment j'étais devenue amie avec elle depuis, mais aussi l'autre rencontre, celle qui m'avait ébranlée...celle dans le parc avec Eowen. Je ne manquais d'ailleurs pas de lui faire la morale pour ne pas m'avoir donné de nouvelles, mais il n'eut pas l'air plus désolé que cela...j'avais même l'impression qu'il était amusé par mon inquiétude.


"Ca n'a rien de drôle Elrand !" lui-fis, boudant un peu. "Tu aurais dû me donner des nouvelles !"

...tiens, bizarrement il ne répondait rien...qu'est ce qui se passait...?

"Elrand ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Lun 30 Jan - 21:16

Eh bien...il s'en était passé des choses en peu de temps...une entrevue avec la Bannie et avec la droguée, je crois que j'avais vraiment de quoi m'inquiéter. Pas vraiment pour la première, à part faire croire à Areil que j'étais mort elle ne lui aurait rien fait. Par contre, l'insecte était un véritable problème...sous ses apparences et ses jérémiades de papillon, c'était une véritable veuve noire, tissant tranquillement sa toile, et Areil, au lieu de l'en empêcher, allait s'empêtrer dedans...

"Elrand ?"

Je regardais Areil droit dans ses yeux purs avec un regard grave; elle était totalement inconsciente...faire confiance à cette...dont les infâmes congénères n'arrêtaient pas de comploter contre les Gothellos ! Si elle était aveuglée de la sorte, il fallait que je lui ouvre les yeux.

"Areil, je t'en prie, ne t'approche plus de Lady Butterfly. Tu as beau être persuadée qu'elle est honnête, elle n'en reste pas moins la descendante des Barathrone..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Mer 1 Fév - 21:03

Il porta un regard sérieux sur moi, avant de me répondre, avec ses yeux sombres remplis d'inquiétude.

"Areil, je t'en prie, ne t'approche plus de Lady Butterfly. Tu as beau être persuadée qu'elle est honnête, elle n'en reste pas moins la descendante des Barathrone..."

...alors c'était cela qui le tracassait...j'aurais dû m'en douter. Je pense que j'aurais eu la même réaction dans son cas. Cependant, je savais que je n'arriverai pas à le faire changer d'avis : les Thras ont encore plus de rancune envers les Barathrone que les Gothellos -je n'avais jamais compris pourquoi, vu que c'était ma famille qu'ils visaient...d'ailleurs, je n'avais jamais compris la fidèlité aveugle des Thra envers les Gothello. J'en étais ravie, mais j'avais le sentiment qu'il y avait anguille sous roche...mais que papa ne m'avouera pas la vérité de sitôt.
Enfin, le fait était qu'il était inutile que j'essaie de convaincre Elrand. Alors autant que je lui fasse comprendre que je n'allais pas arrêter de fréquenter Mlle Papillon parce que cela le dérangeait.


"Elrand, répondis-je en le regardant droit dans les yeux, je comprend que tu ne veuilles pas qu'il m'arrive quoi que ce soit. Mais je t'assure que Mlle Papillon ne représente pas un danger pour moi, donc, désolée de te le dire mais je ne compte pas mettre fin à nos relations."

Sur ce, je bougeai un peu pour avoir une position confortable pour dormir, et fermai les yeux. Le sujet était clos; il devrait comprendre le message. Je n'avais pas envie de me disputer avec lui, mais je n'allais pas lui obéir non plus...donc autant ne plus abborder le problème. Je savais qu'il risquait d'insister; mais sa réaction un peu plus tôt me faisais douter de la manière dont il allait réagir...bien qu'Elrand n'ait pas changé en ces quelques années, il semblait avoir mûri...enfin quoique, il était toujours aussi facécieux qu'avant.
Avant...oh ! J'allais oublier !

Je rouvris les yeux et tournais la tête vers lui :

"Au fait, tant que j'y pense, tu te souviens de ce dont on avait parlé il y a quinze ans, lors de mon anniversaire ?...si tu es toujours d'accord...."
J'étais sûre qu'il s'en souvenait; mais je préférais m'assurer que sa décision n'ait pas changé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Sam 4 Fév - 23:27

"Elrand, je comprend que tu ne veuilles pas qu'il m'arrive quoi que ce soit. Mais je t'assure que Mlle Papillon ne représente pas un danger pour moi, donc, désolée de te le dire mais je ne compte pas mettre fin à nos relations" me dit-elle, avant de s'allonger confortablement et de fermer les yeux. Au moins sa réponse avait le mérite d'être claire, me disais-je : il était inutile que j'insiste.

Très bien. Si elle refusait d'ouvrir les yeux, je le ferai pour elle : après tout, cela faisait partie de mon devoir, en temps qu'ami et que garde du corps. J'avais tout de même peur d'où cette histoire allait nous mener. Areil se faisait totalement manipuler, c'était évident; et j'étais inquiet quant à ce qu'elle serait capable de faire sans se rendre compte de son inconscience. Déjà qu'elle avait confié la guilde des mages à l'autre droguée...Selenba, t'as intérêt à assurer pour nous faire sortir de ce pétrin, parce que là, c'est pas gagné.

Enfin, je penserai à cela plus tard : pour l'instant il vallait mieux que je commence à remplir mes rapports, sinon en plus d'un bal manqué, j'allais perdre je ne sais pas quelle partie de mon corps arrachée par Areil...

Mais la Miss ne voulut pas me laisser faire : elle ouvrit les yeux alors que je m'apprétais à me lever, et me demanda :

"Au fait, tant que j'y pense, tu te souviens de ce dont on avait parlé il y a quinze ans, lors de mon anniversaire ?...si tu es toujours d'accord...."

Il ne me fallut que quelques secondes pour répondres, quelques secondes pendant lesquelles je me remémorais les mots exacts de sa proposition. Puis, après ce souvenir, je lui souris, comme je l'avais fait il y a quinze ans, et lui répétais les mêmes mots :

"Je serais honoré d'être ton frère de sang, Areil."

Sur ce, je remontai la manche de mon bras gauche et l'approchais d'Areil tout en amenant la main droite à mon épée. Puis j'attendis de voir sa réaction; mais tant qu'à procéder au rituel, autant le faire maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    Sam 11 Fév - 21:28

Lorsque je le vis sourire, je fus rassurée : malgré tout ce qui s'était passé entre temps, sa décision était la même. Il serait mon ombre, celui qui me suivrait dans les ténèbres les plus profondes, dans les abysses les plus profonds, dans la douleur et dans la mort. J'espérais tout de même pouvoir l'épargner au maximum...mais c'était lui même qui m'avait demandé cette faveur, il y a quinze ans. (NB HRP : un flashback bientôt pour expliquer cela ? ;D) Je la lui avait accordée alors, car il n'y avait pas de réel danger; mais maintenant, avec tous ces complots et ces conflits...j'avais peur qu'il commette l'irréparable pour me sauver d'une lame ennemie. Mais bon, le connaissant, il le ferait, ombre ou pas...alors autant tenir mon engagement. En plus cela nous donnerait une excuse publique pour passer du temps ensemble sans que cela semble louche -je n'avais pas envie que des rumeurs circulent à propos de ma relation avec Elrand; je savais que cela lui retomberait dessus-.
Après son sourire, il confirma ma déduction avec des mots; puis il retroussa sa manche gauche et tendit son bras vers moi en dégainant son épée. Je fis de même, m'asseyant et dénudant mon bras droit; puis je lui empruntai son épée et m'incisais l'avant bras -ce qui me fit morde ma lèvre-, avant d'approcher l'arme vers le bras d'Elrand.

"Je sais que c'est nécessaire, mais je m'excuse quand même pour la blessure" lui dis-je, avant de lui faire une légère incision.

Je posais mon avant bras sur le sien, en faisant coincider les deux coupures, et récitais le rituel de lien traditionnel de la Noble Alliance.


"Dolor dominae dolor fratris est;
Dux vitam suae Umbrae possidet.

Dans la vie et dans la mort nos deux âmes seront liées;
Moi, Areil Calia Elradith Gothello, Girudomasutâ de la Noble Alliance, confie mon destin à Elrand Celorfil Anoldur Thra. Je lui accorde mon entière confiance et lui permet, au travers de cette marque partagée, de pressentir tous les périls qui me menaceront.
Dei te protegat."


J'avais prononcé ma partie du rituel. Une fois qu'Elrand aurait prononcé son serment, le pacte serait conclu, mais déjà la marque commençait déjà à apparaître sur nos avant bras : partant des blessures, des ronces se propageaient lentement, allant presque jusqu'à nos poignets, et atteignant nos coudes. A chaque endroit où la marque apparaissait, je pouvais sentir un petit picotement, et à chaque endroit où la marque touchait la peau d'Elrand, j'avais une sensation étrange...une légère douleur ? Mais cette impression, je le savais, ne venait pas de moi...alors voilà la réalité du lien : je pouvais avoir un aperçu des sentiments d'Elrand à l'instant où je le touchais...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Début d'après midi] Doutes et aveuglement [PV Elrand]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après-midi tranquille.
» Un bel après-midi de printemps [a archiver]
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]
» Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]
» Après midi shopping [Topic Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aeoris :: La cité :: L'Auberge-
Sauter vers: