Aeoris
Bienvenue sur Aeoris !
Il s'agit d'un forum RP basé sur l'univers médiéval-fantastique du monde d''Arcadia et plus précisément dans la cité D'Aeoris. Nous comptons actuellement 41 membres, et l'ambiance est excellente, en particulier sur la chatbox du site. Le forum est très actif et de nombreux RP et events sont au programme. Tous les amateurs de manga, musique, dessin et autres activités artistiques trouveront aussi leur bonheur dans la partie dédiée à ce sujet. Si vous êtes à la recherche de RP passionnants, de gros délires et d'une ambiance sympa, n'hésitez pas et rejoignez-nous !
(Demandes de partenariat inter-forums dans la partie prévue à cet effet. Pas besoin d'inscription.)


Les anonymes redeviennent poussière, sans personne pour les pleurer. Seuls les actes sont honorés.
 
AccueilFAQMembresS'enregistrerConnexionCalendrier
Bienvenue sur Aeoris. Rejoignez nous et forgez votre destinée !
Le forum va bientôt être en reconstruction, nous travaillons pour pouvoir vous fournir un contenu de qualité.
DESIGN EN REFONTE ; n'en tenez pas compte, continuez à RP !
L’équipe du site
Admins :
Derniers sujets
» Alibi-RPG!!
Lun 8 Mai - 13:58 par Invité

» Réveil difficile [RP solo]
Ven 7 Avr - 0:02 par Kaltaïs Thra

» Images du site
Jeu 16 Mar - 17:40 par Kaltaïs Thra

» L'horreur dans la cale
Dim 15 Jan - 14:46 par Vas Solemen

» Autour d'un verre [PV Aliah]
Mer 28 Déc - 22:32 par Kaltaïs Thra

» De l'ombre à la lumière
Lun 19 Déc - 15:37 par Aliah

» Une épreuve explosive [pv Nindaeï - Aliah]
Jeu 15 Déc - 15:51 par Aliah

» Une rencontre déterminante
Sam 26 Nov - 15:04 par Nindaeï Murmuresoleil

» Une mission de "discretion"
Mer 23 Nov - 0:52 par Aliah


Partagez | 
 

 La marque des Dragons [pv Reivax]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raphaël Kelen
Apprenti
Apprenti
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 07/02/2015

Livre des Héros
Divinité: Osha
Guilde: Guilde des Artisans
Résumé:

MessageSujet: La marque des Dragons [pv Reivax]   Dim 22 Mar - 17:41





La vieille horloge à balancier fit retentir sa musique cinq fois, paresseusement. Le faiseur de livres releva la tête et passa une main sur son front pour en ôter la sueur. Les rayons du soleil qui perçaient à travers l’unique et minuscule fenêtre de la pièce donnaient raison à l’imposante pendule : l’après-midi était déjà bien avancé. Il n’avait pas réalisé qu’il était si tard ; il travaillait depuis plusieurs heures déjà dans l’atmosphère étouffante du petit atelier.

« Müs. Je vais avoir besoin de plus de cuir. »

A ces mots, une silhouette chétive se mit aussitôt en mouvement parmi les piles de livres et de parchemins qui encombraient l’espace. Sans rien dire, l’apprentie disparut par la porte qui menait à la réserve. Elle réagissait toujours au quart de tour, aussi efficace que silencieuse. Raphaël sourit et reposa les ciseaux et le poinçon qu’il avait à la main. Puis il se redressa, quittant son tabouret inconfortable. Il fit quelques pas, leva les bras pour étirer ses articulations endolories.

« Ouch ! »

Faire travailler le muscle avait réveillé la douleur. Sourcils froncés, il remonta la manche de sa chemise et se mit à masser lentement son avant-bras gauche. C’était sur ce bras que trois ans auparavant, il avait apposé une marque magique. Celle qui le liait à son plus fidèle…ami ? Associé ? Serviteur ? Il ne savait pas trop comment définir le lien qui les unissait, mais ce dernier était puissant. Après tout, la marque était toujours là. A l’origine, elle représentait un symbole dont la forme rappelait celle d’un dragon, l’emblème de la faction. Mais durant son voyage, elle s’était déformée et altérée, sûrement à cause de la distance qui séparait les deux hommes. Et à la longue, elle avait tellement pâli qu’il l’avait presque oubliée. Mais lorsqu’il était revenu dans les parages, quelques semaines auparavant, elle était soudainement réapparue, lui occasionnant par moment d’intenses douleurs. Reivax devait toujours vivre en ville, là, quelque part. Avait-il lui aussi conservé la marque ? Difficile à dire. Peut-être qu’un nouveau Mi no Kyōdai avait été nommé, depuis tout ce temps, à la place du Girudomasuta disparu. Il l’espérait en tout cas. Après tout, gérer seul le poste de chef de faction n’était pas une mince affaire. Et… Non. L’homme secoua la tête, agacé. Il valait mieux arrêter de penser à tout cela. Ces événements appartenaient au passé désormais.

Un léger bruit lui donna l’occasion de s’extirper de ses réflexions amères. La jeune changeuse de peau revenait en titubant, les bras chargés de pièces de cuir. Zélée, elle avait dû en rapporter la plus grande quantité possible pour l’impressionner, mais peinait visiblement à tout porter. Oubliant aussitôt la douleur sourde qui mordait toujours ses muscles, il retint un éclat de rire, et se saisit du fardeau en la remerciant. L’enfant lui adressa un sourire ravi en retour et, lorsqu’il reprit place devant son établi, se posta à côté pour observer son travail. Il s’occupait de restaurer un ouvrage ancien en piteux état. Le livre avait été débarrassé de sa couverture, irrécupérable, et il fallait à présent lui en fabriquer une nouvelle. La tâche était délicate mais pas aussi difficile que ce à quoi il s’était attendu au premier abord. Sans aucun doute, l’objet serait prêt pour le lendemain, et pourrait reprendre sa place parmi les rayonnages de la Grande Bibliothèque d’ici peu. Cette perspective l’enchantait. S’occuper de telles œuvres était un honneur, et si son travail était apprécié, il pouvait être certain que le travail ne viendrait jamais à manquer. Une chance que cette profession ne fut pas très répandue dans la région.

« Peux-tu me donner la boîte d’aiguilles qui est à côté de toi, s’il-te-plaît ? Merci. »


D’un geste rendu sûr par l’habitude, il s’empara de l’une des aiguilles et glissa un fil de lin dans le chas. Puis il commença à coudre avec précaution les pages jaunies.

« Si tu veux, je te laisserai t’entraîner sur le proch… »

Un son cristallin se fit entendre, interrompant sa phrase. Le bruit était celui de la cloche de la porte d’entrée, qui prévenait de l’arrivée des clients. Et pour le moment, ces derniers étaient encore trop rares pour qu’il se permette de les faire attendre. Rapidement, il se releva donc, épousseta ses vêtements et se saisit du masque accroché à un clou, non loin de là. Il l’enfila rapidement, et passa sous le rideau qui le séparait de la boutique à proprement parler. La douleur se manifesta une fois de plus le long de son bras, mais il se força à sourire pour accueillir la personne qui se tenait là, et qui semblait observer les lieux.

« Bonjour, je suis Khâmgo, le relieur, que puis-je faire pour vous ? »

L’homme tourna alors la tête vers lui, dévoilant son visage. Et sous le masque de plumes bleues, le sourire s’effaça aussi vite qu’il était apparu.





Dernière édition par Raphaël Kelen le Dim 14 Juin - 23:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Reivax Baëleän
~ Maître des Voyageurs ~
~ Maître des Voyageurs ~
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 13/08/2012
Age : 21

Livre des Héros
Divinité: Aronax
Guilde: Guilde du Dragon Rouge
Résumé:

MessageSujet: Re: La marque des Dragons [pv Reivax]   Dim 22 Mar - 23:39

Était-il un seul endroit de sûr dans cette ville?

Oui..Et paradoxalement, c'était la rue. Les puissants de ce monde se terraient bien souvent dans des demeures riches et biens gardées, couverts sous d'opulentes affaires mais qui ne leur permettaient guère de survivre à un petit couteau entre les omoplates.

Reivax était désormais connu sous de nombreux sobriquets et de plus en plus le faisaient passer pour une ombre ou même une légende.
Il aurait aimé participer aux réunions et aux galas, aux mondanités de la haute société et du gratin Aeorisien...mais la guerre...toujours la guerre. Elle n'avançait pas et finissait pas s'ancrer dans cette ville autrefois si magnifique.

Avantage certain, sa tête était mise à prix mais sans aucune description possible. Inconvénient certain, personne ne le reconnaissait donc en tant que tel hormis les principaux membres influents et dignes de confiance de la faction.
Cet anonymat lui permettait alors d'aller dans la ville comme bon lui semblait, visage découvert, sans ennuis notables, quelques accrochages avec la garde tout au plus.

Ces derniers temps, quelque chose de spécial se passait. Depuis quelques mois déjà, le girudomasuta avait sentit des douleurs de plus en plus intenses s'emparer de son bras.
Il y avait d'abord eu des légers frottements et de légères démangeaisons. Rien de grave en soit bien que ça ne lui arrivait jamais.
Sa peau écailleuse empêchait tout parasite de venir se faire un festin au niveau de la veine très riche qui passait là et sa peau avait acquis une nouvelle solidité.

Mais les démangeaisons s'intensifiaient et ses écailles commençaient même à tomber lentement. Inquiet, l'homme-dragon avait surveillé avec attention ce phénomène et avait finit par être frappé par une conclusion flagrante: La marque se réveillait.
Caché par les écailles qui se répandaient, il avait finit par l'oublier, elle et les tracas qu'elle lui rappelait.

Et voilà que soudainement elle revenait! Coïncidence? Certainement pas. Il savait que dans la vie comme dans le commerce, ce mot n'y avait pas sa place.

Marchant dans la rue, il se souvenait avoir vu la balafre immonde formée par ce creux se renforcer et rougir pour revenir à sa forme première, le dragon bicéphale des voyageurs.

Avançant, la douleur se renforçait. Ce n'était pas normal! ça n'arrivait pas ça! Et bien entendu, il fallait que ça arrive quand une patrouille se mettait dans la ruelle pour fouiller tout le monde.
Il fallait ouvrir une porte, laisser la clochette sonner et s'enfermer là dedans avec un vendeur sans aucun doute austère et avec des marchandises dénuées de tout intérêt.

Il laissa son regard traîner sur les divers étals remplit de livres tous neufs. Un libraire? Une bibliothèque?
Le gérant de la boutique qui se présenta répondit à sa question intérieure:

-Bonjour, je suis Khâmgo, le relieur, que puis-je faire pour vous ?

Le semi-dragon s'agrippa soudainement le bras. Relieur, libraire ou charpentier, il n'avait besoin en ce moment que d'un médecin pour apaiser cette douleur qui se faisait quasiment insupportable.

Il se força tout de même à un sourire malgré le visage impassible de son interlocuteur.
Il se retourna, sans même faire attention à son visage masqué, pour tenter d'éponger discrètement la sueur qui parlait à son front, faisant mine de regarder les articles:

-Bonjour...relieur... Je... Un de mes anciens ouvrages...héritage de ma famille depuis des... Il serra plus fort son poing et ses doigts sur son bras pour comprimer la douleur. Depuis longtemps...Je...je dois évaluer votre...travail...


Bon sang...que pouvait-il bien se passer? Si il lui fallait rester trop longtemps, il devrait au bout d'un moment laisser sa douleur apparaître... En ce moment, il ne pouvait que prier pour que les gardes s'en aillent et serrer plus fort sa main.

__________________________________

Cliquez ici--->Journal<---Cliquez ici

Cliquez aussi ici---->Le bestiaire<----Cliquez aussi ici

Et puis cliquez ici----->Le temple des légendes<-----Et puis cliquez ici
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël Kelen
Apprenti
Apprenti
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 07/02/2015

Livre des Héros
Divinité: Osha
Guilde: Guilde des Artisans
Résumé:

MessageSujet: Re: La marque des Dragons [pv Reivax]   Mer 25 Mar - 22:55





Les pensées défilaient à toute vitesse dans son esprit, dans le désordre le plus complet. Les idées se bousculaient, heurtaient les parois de son crâne dans un vacarme assourdissant. Interdit, il se contentait de rester là, derrière son comptoir, en fixant le nouveau venu. D’ordinaire, il était difficile de lui faire perdre son sang-froid. Mais à cet instant, la surprise mêlée de crainte et de honte l’avait complètement paralysé, et l’empêchait de prendre la moindre décision. Osha aimait-elle à ce point se jouer de lui ? Quelle était la probabilité pour que l’homme qui occupait ses pensées quelques minutes auparavant fut amené précisément dans sa boutique l’instant d’après ? Il refusait de mettre cela sur le compte du hasard. Peut-être la déesse souhaitait-elle qu’il honore son serment de sang et qu’il s’excuse auprès de son « frère ». Malheureusement pour elle, il s’y refusait. D’une part parce qu’il ne souhaitait pas s’impliquer de nouveau dans les conflits inter-factions, et d’autre part parce que ce qui lui restait de fierté le lui interdisait. Sans compter qu’il avait la certitude que Reivax n’avait aucune envie de le revoir.

Par bonheur, le masque jouait son rôle à merveille : le girudomasuta ne l’avait pas reconnu et ne pouvait pas déceler l’expression incrédule qui se cachait derrière les plumes bleues. Ainsi, l’homme aux cheveux blancs put bénéficier de quelques secondes pour retrouver ses esprits sans éveiller les soupçons de Baëleän. Se tirant avec peine de sa torpeur médusée, il se força à bouger. En croisant les bras sur sa poitrine, il revêtit de nouveau son costume de simple commerçant. Si la chance était avec lui, l’autre ne se rendrait compte de rien. Il suffisait de faire attention pour ne pas se trahir. Certes, cela était plus facile à dire à dire qu’à faire. Surtout si l’on prenait en compte le fait que la douleur qui s’était installée dans son bras se fait de plus en plus agressive. Mais il pouvait au moins essayer, et faire de son mieux pour rester aussi anonyme que possible.

« Bonjour...relieur... Je... Un de mes anciens ouvrages...héritage de ma famille depuis des... Depuis longtemps...Je...je dois évaluer votre...travail... »


Oh… L’homme-dragon n’était visiblement pas au sommet de sa forme. Au contraire, il avait même l’air d’être dans un état de faiblesse important. Sa voix était peu assurée, et même s’il ne faisait pas face au propriétaire des lieux, il ne pouvait dissimuler son teint livide. Était-il blessé ? Malade ? En y regardant de plus près, Raphaël réalisa que le problème semblait venir de son bras, auquel il s’agrippait comme si sa vie en dépendait. Aucun doute possible : lui aussi devait avoir gardé la marque, et en subissait les effets. Mais contrairement à l’envoûteur qui pouvait atténuer sa perception de la douleur à l’aide de ses sorts, l’hybride, lui, devait tout supporter. Et d’après son expression, cela devait être des plus éprouvants. Difficile pour le relieur de ne pas éprouver une légère compassion pour son ancien compagnon d’armes. Mais l’aider aurait pu attirer les soupçons ; il ne fallait pas se laisser distraire.

« Je ne suis qu’un humble artisan, mais la plupart de mes clients sont satisfaits. Attendez une seconde, je vais vous montrer… »

Il passa une main sur son menton, cherchant des yeux un livre qui aurait pu convenir. Son regard parcourut rapidement les étagères pleines à craquer, avant de se poser sur un ouvrage épais, à la couverture de cuir rouge. Oui, celui-ci serait parfait. Il s’agissait d’un très vieux grimoire de botanique, qu’il avait acheté pour une bouchée de pain à un apothicaire peu soigneux, et qu’il avait restauré quelques mois plus tôt. Cuir de chèvre des montagnes, fibres de lin tressées et fines dorures sur le dos. Le résultat était magnifique ; il en était très fier.

« Ah, voilà ! »

En quelques pas souples, il se rapprocha de l’étagère concernée, s’aida de l’échelle posée à côté pour atteindre le livre…et fit une erreur. Dont il ne prit la mesure que trop tard. Il leva le bras. S’il avait pris le temps de réfléchir à ce simple geste, tout se serait bien passé, à coup sûr. Mais personne ne peut tout prévoir, n’est-ce pas ? Et alors que sa main se tendait pour attraper l’ouvrage, sa manche glissa sur son bras, dévoilant la marque des Voyageurs, sombre, imposante, traîtresse. Sueur froide. La seconde d’après, descendu de son escabeau de bois, il s’empressait de recouvrir son avant-bras. Reivax l’avait-il aperçue ? Avec toute la lenteur du monde, l’envoûteur se retourna vers lui, tentant de conserver une attitude aussi calme et décontractée que possible.



Dernière édition par Raphaël Kelen le Dim 14 Juin - 23:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Reivax Baëleän
~ Maître des Voyageurs ~
~ Maître des Voyageurs ~
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 13/08/2012
Age : 21

Livre des Héros
Divinité: Aronax
Guilde: Guilde du Dragon Rouge
Résumé:

MessageSujet: Re: La marque des Dragons [pv Reivax]   Lun 11 Mai - 15:24

Qu'il parle ou qu'il ne parle pas, le marchand aurait tout aussi pu l'insulter que rien ne l'aurait atteint. Que se passait-il autours de lui? Le décors tremblait, tournait, tournoyait même. C'était de plus en plus rapide et le demi-dragon avait de plus en plus de mal à tenir droit debout, obligé de se tenir contre une étagère à la solidité contestable.

Au loin dans la rue, il entendait les soldats s'éloigner. Était-il temps pour lui de faire demi-tour, de sortir en trombe sans laisser le temps au marchand de faire son oeuvre?

Ce n'était pas prudent. Ils pouvaient à tout moment rebrousser chemin pour une raison fumeuse qui, de toute manière, l'aurait mené au cachot et devant Lady B.

Par tout les dieux, que cette douleur était atroce! La concentration se faisait plus difficile, sa vue se brouillait de temps à autre et les vertiges se faisaient de plus en plus puissants et fréquents.
La douleur, pulsation si étrange qui avait pourtant pour but de maintenir en vie était pour le coup en train de le tuer.

Il se concentra alors sur le marchand qui souhaitait lui présenter un de ses articles. Il allait prendre un livre brun à la reliure fine et ouvragée mais ça n'était pas important.

Ses yeux s'ouvrirent en grands, écarquillés comme jamais. Sa douleur, jusqu'alors sensation devenue omniprésente et mortelle, s'était soudainement tue.
Il se releva lentement, agrippa le marchant par le col et le plaqua avec force contre l'armoire.

-Toi! Qui es-tu?

Il attrapa alors la manche qu'il déchira d'un coup sec, révélant une marque qu'il croyait depuis trop longtemps oubliée. Le semi-dragon prit alors le masque qu'il tira pour dévoiler un visage plus amaigri qu'il ne l'avait connu:

-Raphaël...

Le girudomasuta lâcha un peu de son emprise...
...avant de la resserrer pour frapper plus fort son ex-chef contre la haute étagère plusieurs fois d'affilées.
Il ponctua ses coups:

-Comment...as-tu pu... Tu oses...revenir...ici...maintenant...

Sur le dernier coup, bien plus fort que les autres, il lança en même temps, presque en criant:

-Pourquoi?!

__________________________________

Cliquez ici--->Journal<---Cliquez ici

Cliquez aussi ici---->Le bestiaire<----Cliquez aussi ici

Et puis cliquez ici----->Le temple des légendes<-----Et puis cliquez ici
Revenir en haut Aller en bas
Müs-Meen
Apprenti
Apprenti
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 24/01/2015

MessageSujet: Re: La marque des Dragons [pv Reivax]   Jeu 21 Mai - 22:54





Quelques minutes s’étaient écoulées depuis que Khâmgo avait quitté l’arrière boutique. Il devait être en train de discuter avec le visiteur, mais leurs voix étaient indistinctes, étouffées par le lourd rideau de velours qui séparait l’atelier du reste de l’échoppe. La fillette n’avait pas quitté sa place et patientait sagement. Elle jouait avec les outils que le relieur avait laissés sur le plan de travail. Les ciseaux dansaient joyeusement autour de la bobine de fil, le petit marteau se disputait avec la boîte d’aiguilles et le compas faisait la sieste. Elle ne savait pas encore les manier tous avec dextérité lorsqu’elle s’entraînait à la reliure, mais ça finirait par venir. Elle avait déjà fait beaucoup de progrès depuis ses premiers essais. Et puis, l’homme aux cheveux blancs lui avait promis que bientôt, il lui offrirait son propre nécessaire à couture. Cette simple idée suffisait à l’encourager. Elle sourit en faisant virevolter une dernière fois les outils.

Un bruit sourd. En provenance de la boutique. Müs se figea aussitôt. Avaient-ils fait tomber un gros livre ? Ou y avait-il un problème ? Elle savait qu’elle n’avait pas vraiment de raison de s’inquiéter. A priori. Ils étaient en sécurité ici. Et Khâmgo savait se défendre ; il gagnait toujours contre les brigands, lorsqu’ils étaient sur les routes. Mais son naturel méfiant l’obligeait à rester sur le qui-vive en permanence. En silence, elle s’empara des ciseaux et se glissa jusqu’au large pan de tissu. Il fallait simplement jeter un coup d’œil, pour s’assurer que tout allait bien. Lentement, elle écarta le velours poussiéreux.

« Toi ! Qui es-tu ? »

L’inconnu avait plaqué le relieur contre la bibliothèque, et lui avait retiré son masque. Et son attitude n’était clairement pas bienveillante. La jeune Kadrelane fronça les sourcils, toujours dissimulée dans l’ombre. Mentalement, elle encouragea son protecteur. Il allait faire un peu de magie d’une seconde à l’autre, elle en était certaine. Et il remettrait l’intrus à sa place. Et…
Elle se décomposa soudainement lorsque le poing de l’homme percuta le visage de Raphaël. Son air déterminé se mua en une expression choquée. Puis réellement horrifiée, alors que les coups se multipliaient, redoublant de violence.

« Comment…as-tu pu… Tu oses…revenir…ici…maintenant… Pourquoi ?! »

Les paroles de Reivax étaient trop hachées et déformées par la colère pour qu’elle puisse les comprendre. Seul le dernier mot lui parvint distinctement. Pourquoi. Pourquoi Khâmgo ne se défendait-il pas, voilà quelle était la question la plus importante. Müs avait beau essayer de comprendre, elle ne parvenait pas à saisir ce qui était en train de se produire. A présent, l’homme étrange avait lâché l’envoûteur, et ce dernier avait glissé à terre. Il se contentait de regarder son agresseur avec un air froid et vide, et sur son menton relevé coulait un petit filet de sang. L’autre lui avait probablement ouvert la lèvre. Tremblante, la petite change-forme mordit les siennes de toutes ses forces. Khâmgo lui avait toujours dit de se cacher dès qu’une bagarre éclatait, mais cette fois-ci les choses étaient différentes. Il était en mauvaise posture. Ne devait-elle pas agir ? Faire quelque chose pour l’aider ?

« Est-ce terminé ? Ou comptes-tu me frapper encore longtemps ? Tu peux y aller, si ça te permet de te défouler. »

Elle retint son souffle en entendant la voix de Raphaël. Il avait passé le dos de sa main sur sa bouche ensanglantée, et à présent une large trace de sang ornait sa joue. Elle détestait le voir ainsi. Et elle détestait cet homme qui venait troubler leur paix. Si elle n’avait pas eu aussi peur, elle se serait jetée sur lui, avec la paire de ciseaux qu’elle avait toujours dans les mains. Mais même avec ses lames, il était peu probable qu’elle parvienne à lui faire la moindre égratignure.
Elle était en train d’imaginer un autre moyen de venir au secours du relieur lorsque ce dernier l’aperçut. Elle avait fait bouger le rideau par mégarde, et le mouvement du tissu avait attiré son regard. Une pointe d’inquiétude passa sur son visage. Visiblement, il n’avait pas réalisé que la fillette avait assisté à la scène et, troublé, il se redressa tant bien que mal.

« Müs. S’il-te-plaît. Laisse-nous. Va attendre à l’étage. »

Revenir en haut Aller en bas
Reivax Baëleän
~ Maître des Voyageurs ~
~ Maître des Voyageurs ~
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 13/08/2012
Age : 21

Livre des Héros
Divinité: Aronax
Guilde: Guilde du Dragon Rouge
Résumé:

MessageSujet: Re: La marque des Dragons [pv Reivax]   Dim 23 Aoû - 11:07

Il observa ses mains tâchées du sang de son...compagnon? Ancien compagnon?
Qu'était-il au fond réellement? Comment le girudomasuta actuel devait considérer son prédécesseur et ancien ami?!
Il était lâche! Il était fourbe! Il était cruel! Il était avant tout déserteur!
Si cette guerre avait prit ce tournant, si sa..non.. Si LEUR faction en était aujourd'hui au point qu'elle devait se cacher pour survivre, c'était de sa faute!
Il n'aurait jamais du partir et il pouvait maintenant lui faire payer sa traîtrise.
Mais avant même qu'une idée, bonne ou mauvaise, ne lui traverse l'esprit, le relieur de cuir s'essuya la bouche et se redressa avec difficulté, un air effrayé sur le visage mais pourtant se voulant rassurant, regardant le rideau qui ne cachait plus désormais la petite fille derrière.

Lui? Il avait eu un enfant? Impossible au vue de l'âge qu'elle devait avoir et surtout de sa couleur de peau.
Mais que faisait-il avec elle?
Reivax le connaissait et savait qu'il ne se serait jamais abaissé à toucher une gamine malgré sa réputation sulfureuse.
Chaque chose en son temps.

Reivax serra les poings et se maudit intérieurement de son impulsivité. Il n'avait même pas prit le temps de réfléchir avant de faire quoi que ce soit...
Pourtant, malgré cette pensée, le semi dragon n'avait qu'une seule envie sur l'instant, ravager cette boutique qui avait caché celui qu'il voulait aujourd'hui encore considérer comme un ami.

Il soupira et planta son regard dans celui de l'artisan:

-Inutile... Je ne compte pas m'en prendre à elle... Et je m'excuse de t'avoir ainsi agressé...

Il soupira encore et finalement, se mit à défaire sa manche autours de son bras droit. Les écailles qui atteignaient maintenant le début de l'avant-bras se dévoilaient tandis qu'il enroulait le vêtement sur lui même.

Une fois son bras découvert, il montra la marque écarlate qui rougeoyait sur ses écailles vertes.

-Est-ce que ce symbole te dit encore quelque chose? Est-ce que sa signification t'a échappé ou tu la ressens toujours au fond de toi?

Il soupira et regarda la gamine. Pouvait-il lui faire confiance? Savait-elle pour le passé de Raphaël?
Tant pis, inutile pour lui de se poser ce genre de questions.

-Quand j'ai accepté d'être ton Mi no kyōdai...ton frère de sang... Il insista bien sur ce titre. Je ne pensais pas un seul instant que je devrais subir cette trahison de ta part. Tu t'es enfuis et j'ai du gérer les restes de la faction en ton absence. Aujourd'hui encore, je ne suis pas le girudomasuta officiel pour certains car je n'ai pas pu faire une apparition en public...et tu restes le chef de faction pour beaucoup d'autres. Certains disent que je t'ai tué pour prendre ta place, d'autres que je suis un usurpateur qui t'aurait envoyé croupir dans les geôles. Certains disent carrément que je suis sous la direction de Lady B...


Il soupira à nouveau. Il avait été profondément déçu par son attitude mais plus que ça, il avait été déçu...énormément déçu. Pourrait-il lui refaire confiance? Que devrait-il lui faire une fois le conflit terminé?

__________________________________

Cliquez ici--->Journal<---Cliquez ici

Cliquez aussi ici---->Le bestiaire<----Cliquez aussi ici

Et puis cliquez ici----->Le temple des légendes<-----Et puis cliquez ici
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La marque des Dragons [pv Reivax]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La marque des Dragons [pv Reivax]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dragons pour les débutants
» Marque of Destiny
» Donjons et dragons : figurines sur plateau lumineux
» Quel moment vous a le plus marque dans l'annee electorale USA?
» I. Autremonde, les autres planètes, et les Dragons et Démons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aeoris :: La cité :: La Place Centrale-
Sauter vers: