Aeoris
Bienvenue sur Aeoris !
Il s'agit d'un forum RP basé sur l'univers médiéval-fantastique du monde d''Arcadia et plus précisément dans la cité D'Aeoris. Nous comptons actuellement 41 membres, et l'ambiance est excellente, en particulier sur la chatbox du site. Le forum est très actif et de nombreux RP et events sont au programme. Tous les amateurs de manga, musique, dessin et autres activités artistiques trouveront aussi leur bonheur dans la partie dédiée à ce sujet. Si vous êtes à la recherche de RP passionnants, de gros délires et d'une ambiance sympa, n'hésitez pas et rejoignez-nous !
(Demandes de partenariat inter-forums dans la partie prévue à cet effet. Pas besoin d'inscription.)

Aeoris

Les anonymes redeviennent poussière, sans personne pour les pleurer. Seuls les actes sont honorés.
 
AccueilCalendrierFAQMembresS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Aeoris ! Bon Rp's à tous ! Rejoignez nous et forgez votre destinée!
Le forum va bientôt être en reconstruction, nous travaillons pour pouvoir vous fournir un contenu de qualité.
L’équipe du site
Admins :
Derniers sujets
» Réveil difficile [RP solo]
Ven 7 Avr - 0:02 par Kaltaïs Thra

» Insérez une musique de générique quelconque
Jeu 16 Mar - 17:40 par Kaltaïs Thra

» Alibi-RPG!!
Dim 5 Fév - 16:16 par Invité

» L'horreur dans la cale
Dim 15 Jan - 14:46 par Vas Solemen

» Autour d'un verre [PV Aliah]
Mer 28 Déc - 22:32 par Kaltaïs Thra

» De l'ombre à la lumière
Lun 19 Déc - 15:37 par Aliah

» Une épreuve explosive [pv Nindaeï - Aliah]
Jeu 15 Déc - 15:51 par Aliah

» Une rencontre déterminante
Sam 26 Nov - 15:04 par Nindaeï Murmuresoleil

» Une mission de "discretion"
Mer 23 Nov - 0:52 par Aliah


Partagez | 
 

 "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nindaeï Murmuresoleil
~ Maître de Guilde ~
~ Maître de Guilde ~
avatar

Messages : 458
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 23

Livre des Héros
Divinité: Ugorla
Guilde: Guilde des Spectres
Résumé:

MessageSujet: "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]   Mar 8 Juil - 20:31

Il faisait jour. Une fin d'après-midi presque caniculaire. Et même si la brûlure du soleil ne demeurait pas une de ses préférences, la chaleur avait un effet rare que Nindaeï recherchait parfois. Un effet assommant et inédit qui lui rappelait qu'il y avait encore une étincelle de vie qui animait ses mouvements. Pas très recommandé pour tout vampire digne de ce nom cependant... La capuche se suffisait pas et agissait presque comme une fournaise. Tout comme la cape dans laquelle elle était emmitouflée et le masque de tissu noir, cachant le bas de son visage. Silhouette noire dans un univers bien trop lumineux. Demeurer incognito.

Vivement qu'elle arrive à bon port. Le soleil se reflétait sur les dalles de marbre ornant le pallier de la bibliothèque. Un reflet des plus aveuglants. A cet instant, alors que la fatigue se faisait sentir, son allure de marche accéléra et sa main se tendit vers la main-courante qui assistait les escaliers menant au bâtiment principal. Encore un bon effort et elle y sera. Si elle ne se dépêchait pas, son comportement risquerait d'alerter les badauds. De plus, les « monstres » n'étaient plus trop appréciés en centre-ville depuis le putsch de Lady Butterfly. Généralement, ils étaient plus appréciés morts.

Il y avait une vingtaine de marches. Pas un nombre extravagant, ni une gageure pour ses habilités physiques habituelles, mais l'astre solaire rendait les vampires quasiment mortels et faibles. Épuisés par sa chaleur harassante et par sa luminosité aveuglante. Ses bottes gravissaient chaque marche avec peine, à tel point qu'elle perdit un court instant l'équilibre et se rattrapa aux marches avec ses mains. Relevant la tête, tout en respirant fort, son regard se fit plus déterminant comme pour se donner du courage. Jusqu'à ce que le soleil lance un nouvel assaut visuel et que le reflet d'une dalle incurvée arriva directement dans ses pupilles. Rapidement, elle ferma les yeux, grimaçant, et tira davantage sa capuche pour se protéger. Paupières closes, la vampire se força à monter plus vite vers la bibliothèque. Une fois à l'intérieur, ce satané soleil ne sera plus aussi nocif. D'un pas lourd, l'immortelle arriva enfin en haut et tendit sa main pour pousser la porte d'un geste brusque et s'y engouffrer. Dès que l'épaisse porte en chêne massif se refermant, la faucheuse sentait l'air se faire plus frais et respirable. Ironie d'arriver à « respirer » sans en avoir un quelconque besoin.

Si elle se trouvait ici, c'était bien évidemment pour chercher des informations grâce aux livres, seulement la nuit, la bibliothèque est particulièrement bien gardée, tandis que le jour, tout le monde peut accéder aux écrits recelés dans ces livres sans la moindre restriction. Surtout la réserve. Dire qu'elle pensait que cela serait simple. Mais, apparemment, moins elle apercevait le soleil, plus celui-ci trouverait cela amusant de faire un acte de présence encore plus chaleureux.

Penchée en avant, la main droite contre le mur froid en marbre du hall d'entrée, Nindaeï pesta, le souffle court et ôta son masque.

-Moi et mes idées stupides.

Tandis que sa température redevenait peu à peu normalement glaciale, sa posture redevint altière et elle se dirigea vers le comptoir de réception, revêtant sur son nez, son masque, cachant ses crocs.

« Armes interdites ». Il fallait se plier à la règle, même si elle haïssait ce genre de règles, aucune arme n'aurait son utilité dans ce genre d'endroits. L'elfe aux longs cheveux argentés, qui gardait un œil sur le comptoir, l'invita à aller dans l'armurerie pour y déposer ses biens. Une petite antichambre, dont les murs étaient ornés d'enclaves en bois, faisant offices d'armoires pour y mettre toute quincaillerie tranchante ou contondante. L'elfe lui désigna un casier du doigt. « Numéro 13 ». Décidément...

Gardant sa capuche sur sa tête pour cacher la couleur de ses yeux, la Marcheuse commença à ôter la dague dans sa botte, les deux couteaux à lancer dans son corsage et finalement, détacha En'Lith de son dos. Heureusement, elle garderait suffisamment de proximité avec son arme en restant dans le bâtiment, même si elle détestait s'en séparer. Cependant, dès qu'elle approcha l'arme pour la ranger dans un casier lui semblant vraiment trop petit, celui-ci prit de la profondeur à vue d’œil.

-Sortilège du Faux-Fond.

L'elfe ne sortit que ces quelques mots pour définir ce qui venait de se passer avec une voix cristalline. Il semblait laconique et froid. Normal face à une inconnue qui ne laissait pas la moindre parcelle de peau à vue. Sa réponse fut tout aussi remplie de mots.

-Pratique.

Casier fermé, clé au fond de son corsage, l'hydromancienne retourna dans le hall, suivie de près par l'elfe et rejoignit la réception principale. Alors que ses bottes glissaient sur le sol, avec sa démarche légère, son regard se tourna vers la droite. Des gardes arborant les couleurs de la Noble Alliance se baladaient tout de même dans les rayons, vérifiant l'identité des lecteurs assidus. Mieux valait rester discret et bien camoufler ses attributs vampiriques. Accoudée au comptoir de la réception, la buveuse de sang demanda au réceptionniste le chemin de la réserve, sans communiquer la moindre de ses intentions. Celui-ci lui jeta un regard noir avant de répondre.

-Deuxième sous-sol, à droite, après la statue d'Alrond l'Archimage.

Sans plus de détails, Nindaeï tourna les talons et partit dans la direction indiquée en faisant bien attention à éviter les gardes, puis, s'engouffra dans des escaliers étroits en colimaçon menant aux profondeurs de la bibliothèque. Finalement, les escaliers débouchèrent vers un long couloir de pierres grises, dont elle emprunta la première bifurcation à droite et tomba sur un autre hall haut et spacieux, pavé de dalles noires et ornementé de colonnes noires. Au milieu de la pièce trônait une statue de bronze d'Alrond l'Archimage et derrière elle, un grillage agrémenté d'une pancarte « Réserve » semblait l'inviter à entrer. Acte qui ne tarda pas. Sa main droite poussait déjà le portail, tandis que l'autre saisit un chandelier à proximité, posé sur un guéridon.

Ses yeux farfouillaient déjà dans les rayons. S'il n'y avait qu'un simple livre ou grimoire pouvant répondre à ses questions, il n'échapperait pas à son regard. Soudain, un livre attira son attention et ses doigts se posèrent déjà sur sa tranche pour le sortir du rayon. Son geste s'arrêta net dès qu'elle entendit des bruits de pas résonner dans le hall. Pestant une fois de plus, la vampire chuchota :

-Bon sang ! Dire que je voulais juste avoir la paix.

Ses doigts gantés saisirent l'ouvrage et elle alla s'installer sur une chaise en bois, à côté d'une table. Tant pis, qu'il vienne. Peu importe qui cela pourrait être. Tant qu'il ne lui cherchera pas des noises, tout se passera pour le mieux. De toute façon, personne ne pouvait savoir qui elle était.

Il ne pouvait y avoir que des gardes. Par sécurité, Nindaeï ajusta sa capuche pour davantage se cacher. Seul la lueur de la bougie éclairait d'une lueur faiblarde ses yeux rivés sur la couverture du livre poussiéreux. Même si toute son attention était focalisée sur les pas qui s'approchaient. Personne ne venait ici habituellement. Personne ne s'intéressait aux vieux ouvrages de magie sentant le moisi et le vieux parchemin. Et si c'était un garde, il risquerait de lui demander son identité. Un solution bien exécrable...

_________________
"Quand on lutte contre des monstres, il faut prendre garde de ne pas devenir monstre soi-même, car si tu plonges longuement ton regard dans l’abîme, alors l'abîme te regarde aussi..."

Revenir en haut Aller en bas
Aarun Noblegriffe
Maître de Guilde
Maître de Guilde
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 18/07/2013

Livre des Héros
Divinité: Lilianne
Guilde: Guilde des Juges
Résumé:

MessageSujet: Re: "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]   Ven 11 Juil - 16:31

Bien le bonjour, je me nomme Gloak, fidèle narrateur d'Aarun, mais aussi son compagnon, je suis un serpent qui passe le plus clair de mon temps hors de la vue des autres, caché dans les feuillages que mon clochard de druide arbore sur ses épaules, enfin, depuis le temps que je me présente pour vous conter ma vision des aventures de l'Ursa vous devriez connaître la chanson, enfin passons.

Le druide avait passé des jours plutôt mouvementés, à chasser le brigand et à aider à, selon lui, "nettoyer la ville d'Aeoris de ses tumeurs qui gangrènent cette ville".
Donc bien évidemment avec toutes ces occupations que je trouve inutilement altruistes, il n'eût pas la possibilité de continuer ses recherches sur les commanditaires du massacre de son clan, et malheureusement, plus les recherches sur la faction des Voyageurs du Temps et celle des Marcheurs de l'Ombre se faisaient intenses, plus les informations se faisaient rares, car même s'il coûte au druide de l'admettre, ces factions possède un réseau d'informateurs bien plus conséquent que celui de la "Noble" Alliance, après tout, ce n'est pas aux yeux de tous, comme le fait l'Alliance, que les informations les plus importantes s'échangent ou se volent.

Cela dit, être barman peut avoir du bon, et envoyer quelques claques à un bougre visiblement trop bavard et bruyant sous le coup de la bière peut aussi être bénéfique.
Normalement l'ours aurait préféré user de techniques plus raffinées ou du moins moins violentes, mais après avoir passé quatre semaines à démanteler un groupe de kidnappeurs et vendeurs d'esclaves, durant lesquelles il dût utiliser bien trop souvent sa forme d'Ursa et après n'avoir que très peu dormi pendant ce temps, on peut dire que le représentant de la Guildes des Juges était plutôt sur les nerfs et très rapidement irritable, voir même agressif.

Mais quoiqu'il en soit, il apprit du péon bourré comme une dinde de Noël l'existence d'un livre retraçant toute la chronologie et les noms des hauts dirigeant d'Yrê mais aussi des basses instances, puissantes, parfois même plus que les hautes sphères mais agissant dans l'ombre la plus totale.
Cet ouvrage se trouvait dans la réserve de la Grande Bibliothèque d'Aeoris, et comme il fallait un peu de repos au vieux druide fatigué, il me dit que la compagnies de livres poussiéreux lui sera d'un certain apaisement, génial, mes allergies feront encore des siennes !

Et c'est ainsi, après avoir remercié son informateur d'un bon gros mal de crâne et après avoir pris une journée de congé durant laquelle il en profitant pour méditer dans le parc et se reposer quelque peu que nous voilà en route vers la grande bâtisse pleine de secrets pour celui qui saura les trouver.

Personnellement, je ne pense pas qu'un simple jour à ronfler et à fermer les yeux sous un arbre lui aura suffit pour lui redonner une humeur moins massacrante, mais après tout, peu importe ce que je lui dit, cet abruti entêté n'en aura que faire.

C'est sous un soleil légèrement déclinant mais assez haut pour que l'on sente qu'il a encore de bonnes heures devant lui que les pieds nus du druide se dirigèrent vers l'antre du savoir public d'Aeoris.
Une fois arrivé devant les grandes portes massives qu'il ouvra sans peine de sa main droite, tandis que la gauche se resserrait sur son bâton, comme s'il avait un mauvais pressentiment, il entra, le pas lourd et prudent, comme si à chaque pas il s'assurait que le sol ne se dérobe pas sous ses pieds.
Mon druide était connu de la bibliothèque, il avait corrigé certains livres erronés ou en rédiger quelques uns sur les nombreuses choses qu'il avait vu lors de ses voyages.
Malheureusement pour lui, ce n'est point la jolie réceptionniste humaine dont il avait l'habitude qui l’accueilli mais un elfe aux allures peu bavardes qui s'empressa de lui demander de laisser son bâton dans l'armurerie, le considérant comme une arme... Non mais il a bien vu mon druide ?! Ce type est une arme à lui tout seul !
Aarun essaya de faire comprendre à l'elfe que son bâton n'était là que pour lui servir de soulagement pour son dos douloureux, mais le réceptionniste, balayant une mèche de cheveux blancs semblait ne pas être dupe et comprendre que ne serait-ce que le trapèze de l'ours était bien plus robuste que le comptoir en chêne sur lequel se reposait son coude. Et c'est alors que retentit une voix forte :

- Laissez le donc prendre son bâton ! Laissez donc un membre de la Guilde des Juges, un vétéran et un ami emporter son appui avec lui !

Le druide se retourna brusquement, le regard étonné, les yeux écarquillés de voir un garde de la Noble Alliance ici le reconnaître et surtout d'en obtenir l'aide... Bon en même temps, il est difficile de ne pas reconnaître le gardien druidique, donc je ne vois pas pourquoi il prend encore un air stupide et béa !

Le réceptionniste laissa tomber l'affaire tout en lâchant un soupir exaspéré, tandis que le garde s'approchait de l'ours et lui dire d'une voix forte et chargée d'alcool :

- J'ignore si vous vous souvenez de moi, mais je me nomme Allister Bahur, vous m'avez sauvé, moi et mes hommes d'une attaque de brigands lors d'une patrouille dans le parc, et je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de vous remercier

Je n'ai aucun souvenirs de cette altercation, probablement encore une de ses escapades nocturnes pour dormir sous un arbre et me laisser seul la nuit pour seulement réapparaître le matin.
Quoiqu'il en soit, les deux représentants de l'ordre échangèrent quelques blagues et mots jusqu'à ce que l'avorton parte pour continuer d'inspecter les lecteurs de ces murs.

Le druide en profita pour lancer un sourire satisfait à l'elfe derrière la réception et continuer son chemin, bâton en main, vers la réserve.
Il connaissait ces lieux mieux que son propre tiroir à chaussettes et une fois l'obscurité des sous-sols très marquée, il demanda à quelques lucioles de sortir de ses feuillages et de l'éclairer quelque peu, mais plus le druide avança dans le couloir, après avoir descendu l'escalier, plus je le sentais nerveux, reniflant sans cesse comme si une odeur le dérangeait, malheureusement pour moi, la poussière avait déjà eu raison de mes capacités olfactives, et ce n'est qu'une fois dans la réserve que je remarqua la lueur d'une bougie devant une silhouette fine et encapée... Mais bordel qu'est-ce qu'ils ont tous à se balader capés ?!
Bon, alors que le druide se promenait dans les rayons, il trouva enfin un vieux livre, très lourd et épais, de grande taille mais qui entre les mains de l'Ursa semblait n'être qu'un roman de poche, et j'ignore encore pourquoi, mais une fois le livre en main, l'ours ne trouva pas de meilleure idée que de se diriger vers la table de la seule autre personne présente, ce n'est pas comme si il y avait d'autres places de libres, non ?! Ben oui espèce de pauvre ahuris plein de barbe ! Il aurait pu au moins refaire ses tresses ce matin ! Mais non, aujourd'hui il avait l'air encore plus hirsute qu'habituellement.

Une fois devant l'inconnue que je devina du sexe opposé à sa carrure , il regarda la seule chaise libre et la table, et il dit d'un ton détaché et froid, inhabituel de lui, si expressif généralement :

- Permettez...

Et sans attendre réponse, il leva sa main au dessus des deux meubles pourrissant et grinçant et une légère lueur verte s'en dégagea, redonnant vie et robustesse au mobilier et ce n'est qu'après qu'il prit la peine de s'assoir en face de l'inconnue dont je ne pouvais deviner le visage, car si ce n'était pas la capuche, c'était un masque de tissu qui cachait son visage.
Je devine que si le druide prit la peine de « soigner » les meubles, c'est qu'il avait deviné qu'ils ne résisteraient pas à son poids autrement, et même emplie de vigueur, la chaise grinça lorsqu'il posa son énorme derrière de brute.

Le bâton dans la main gauche, le dos en arrière contre le dossier, les jambes croisées sur le coin de la table mais assez éloignées de sa compagne de lecture, le livre dans sa main droite dont il tournait les pages avec le pouce, sa pipe au bec laissant danser une fumée parfumée au tabac de plus grande qualité et le tout sous les lueurs des lucioles dont la lumière ne laissait entrevoir que sa mâchoire barbue et le début de ses cicatrices, le reste masqué par l'ombre de la tête d'ours lui servant de casque à sa capuche. Voici l'ambiance dans laquelle se poursuivit dans un profond silence les quelques minutes d'un ennui mortel pour moi qui suivirent son arrivée, et ça se serait certainement terminé ainsi si l'ours ne sortit pas une phrase sur un ton cinglant et froid, un ton rarement entendu chez lui, le regard toujours rivé sur son livre, une phrase presque pleine de dédain, et qui suscita un vif intérêt chez moi :

- Je suis curieux de savoir ce qu'une vampire peut bien trouver à lire dans cet endroit...

Voilà qui explique au moins son attitude depuis son entrée dans la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas
Nindaeï Murmuresoleil
~ Maître de Guilde ~
~ Maître de Guilde ~
avatar

Messages : 458
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 23

Livre des Héros
Divinité: Ugorla
Guilde: Guilde des Spectres
Résumé:

MessageSujet: Re: "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]   Jeu 17 Juil - 21:27

Nindaeï n’avait pas bougé, il n’y avait que ses doigts qui parcouraient les pages du livre nonchalamment. Du coin de l’œil, elle regarda l’intrus arriver dans la réserve. Un individu pour le moins singulier, équipé de feuillages, de muscles, d’un serpent et d’une odeur forte de forêt. Cela sentait l’odeur de terre. De plus, lorsque celui-ci s’installa à la même table, elle fit mine de rien, impassible, l’étrangère parfaite. Si elle ne l’embêterait pas, il ne viendrait pas l’embêter. En théorie…

Agacée de ne plus être dans sa bulle de solitude, surtout avec un « compagnon » de lecture aussi imposant, la vampire continuait de lire page après page, les écrits recelés dans son vieux livre poussiéreux. Et pourtant, il avait le même âge qu’elle. De quoi se prendre un coup de vieux… Enfin bref.
La sorcière de glace était même certaine d’avoir vu la chaise en bois verdir quelques instants auparavant.
Silence. Seul le bruit des pages semblait chronométrer le manque de bruit. L’odeur de la pipe de son vis-à-vis commençait à attaquer son odorat. Et alors que l’idée de se lever et d’aller s’asseoir ailleurs lui effleura l’esprit, l’armoire humaine répliqua :

- Je suis curieux de savoir ce qu'une vampire peut bien trouver à lire dans cet endroit...

Grillée. Tout le déguisement n’aura servi à rien pour finir. Néanmoins, cela l’amusa un peu. Tandis que ses doigts arrêtèrent de feuilleter son livre net, avec sa main droite, elle abaissa son masque pour faire apparaître le bas de son visage.

-Mon odeur m’a trahie, n’est-ce pas ? (elle marqua un silence) D’ailleurs, je ne savais pas que la bibliothèque laissait rentrer les animaux, surtout quand ils sentent la terre et qu’ils ne passent pas les portes.

Ne pas répondre à sa remarque était entièrement volontaire. Etrangement, elle déploya toute son arrogance dans la dernière phrase cachée au fond de sa gorge, comme si même si elle ressentait un odieux mélange d’agacement et d’amusement. Sur ce, elle referma le livre et tourna la tête en direction de son interlocuteur. Très clairement, elle le cherchait. Une sale envie et habitude. Surtout sans arme. Ni dans un lieu approprié. Nulle envie de se battre physiquement de base, mais cet individu la mettait non seulement mal à l’aise par son comportement, mais aussi avec un je-ne-sais-quoi qui la remontait. En tout cas, lire avait dégringolé de sa liste des priorités. Le livre dans ses mains ne put la satisfaire avec des réponses suffisantes pour le moment. Et ça la tendait.


Le coude sur le bord de la table, la cryomancienne lova sa joue droite dans sa main, les yeux rivés sur le gêneur, guettant la moindre réaction. Il ne devait pas être un Marcheur et même,  rien au monde ne l’obligeait à la moindre courtoisie ou politesse. Haut-gradé ou non. Il avait gêné sa lecture. Suffisamment d’évènements avaient usé sa patience aujourd’hui. Beaucoup trop…

_________________
"Quand on lutte contre des monstres, il faut prendre garde de ne pas devenir monstre soi-même, car si tu plonges longuement ton regard dans l’abîme, alors l'abîme te regarde aussi..."

Revenir en haut Aller en bas
Aarun Noblegriffe
Maître de Guilde
Maître de Guilde
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 18/07/2013

Livre des Héros
Divinité: Lilianne
Guilde: Guilde des Juges
Résumé:

MessageSujet: Re: "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]   Sam 9 Aoû - 19:57

-Mon odeur m’a trahie, n’est-ce pas ? (elle marqua un silence) D’ailleurs, je ne savais pas que la bibliothèque laissait rentrer les animaux, surtout quand ils sentent la terre et qu’ils ne passent pas les portes.

C'est ainsi que la petite vampire répondit à mon druide, réponse qui ne semblait pas tellement lui plaire, après tout, comment une immo... Attendez... Mais c'est qu'elle n'est pas si laide ! Enfin, son menton du moins, mais mon expérience de reluqueur me dit que le reste de son visage doit présenter la même finesse, la même délicatesse.

Enfin bref, là n'est pas l'important, car si Aarun était ( selon les dires d'autres personnes que moi ) quelqu'un "d'une grande sagesse" et "d'une patience à toutes épreuves", soit-disant, je pense que ces vertus seraient mises à rude épreuve compte tenu de l'état de fatigue avancé, et ce peu importe la personne se trouvant à la place de l'ours.

Suite à la déclaration de l'encapée, le gardien se figea pendant un court instant, le regard figé vaguement sur la table, ses muscles gonflèrent, se crispèrent, sa main gauche se resserrait sur son bâton à en faire fendre le bois, les lucioles tournoyèrent, fendirent l'obscurité telles des feux follets, telles des éclairs annonceurs d'une tempête imminente, la fumée de sa pipe s'épaissit sous le souffle et le grondement de l'ours, laissant s'envoler quelques fines braises rougeoyantes, venant se mêler au bal des lucioles.

Puis, d'un geste lent mais toujours aussi empreint de tension, il reposa le livre une fois fermé sur la table, descendit et posa ses deux pieds fermement ancrés dans le sol, les jambes écartées, la main droite posée sur le genou droit.
J'ai cru pendant un instant que L'Ursa allait s'en prendre à la vampire, lui briser les os, en faire un lustre, utiliser sa chair comme cire à bougie et sa peau comme nappe de table, mais malheureusement il n'en fît rien, ce qui est fort moins intéressant à conter, au lieu de cela il prit une longue et lente bouffée de sa pipe, le regard toujours fixé dans le vague tel un ahuris qui vient de louper un belle occasion de rendre ses aventures intéressantes.

Puis, en recrachant la fumée, tout son corps se détendit, comme pour expirer toute cette tension, j'appris plus tard par le druide lui-même, que cette tension était simplement dû au simple fait que se faire ainsi "insulter" ( puisque se faire traiter d'animal ne le dérange pas habituellement ) par un vampire ne faisait que ressasser la façon dont le meurtrier de son clan lui avait parlé avant de le laisser fuir comme un chat apeuré, en d'autres termes, et même si Aarun ne l'admettra jamais, je pense qu'il a failli faire une crise d'angoisse, et croyez-moi, quand un ours a peur, il la transforme en rage encore bien plus destructrice.

Mais retour sur cette conversation entre deux créature aux longs crocs, le gardien, daignant enfin regarder son interlocutrice, même s'il ne pouvait pas deviner son regard, répondit enfin à cette femme qui, je ne sais pourquoi, un instinct reptilien sans doute, lui causera bien de soucis :

- Et bien oui, votre odeur vous a trahie, en même temps je trouve que seule une débutante penserait à masquer son corps sans penser à masquer son odeur, surtout lorsque l'on sent le sang et la mort si fortement que même avant d'entrer dans la bibliothèque j'avais remarqué votre présence. Après cela, permettez moi de vous dire, sauf votre respect, que je trouve mal venu de la part d'un vampire si fortement parfumée, de juger mon odeur et ma bestialité Lui dit le druide, le sourire en coin.

Puis d'un air encore plus mesquin et amusé, mais le regard froid et meurtrier, un paradoxe qui me terrifia, l'ours repris après avoir marqué une courte pause.

- Nous pourrions continuer ainsi à nous insulter et à tenter de mettre son interlocuteur hors de lui, ou nous pourrions jouer à un jeu qui mettra à profits vos formidables capacités de déduction, voici les règles: vous me donnez un élément sur vous que je dois deviner, tel que votre âge, profession, etc... Prenons comme exemple votre plat préféré. Et je dois le deviner par mon sens de la déduction et de l'observation, si je me trompe, je dois vous donner, en suivant cet exemple, mon plat favori, et je dois à nouveau tenter de deviner un autre élément que vous aurez défini. Si par contre, je devine juste, c'est à vous de deviner, vous suivez ? Et le gagnant est celui qui devinera le nom de l'autre, qu'en dites-vous ? On joue ?
Revenir en haut Aller en bas
Nindaeï Murmuresoleil
~ Maître de Guilde ~
~ Maître de Guilde ~
avatar

Messages : 458
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 23

Livre des Héros
Divinité: Ugorla
Guilde: Guilde des Spectres
Résumé:

MessageSujet: Re: "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]   Sam 16 Aoû - 18:15

Nindaeï gardait son air transcendant en fixant ce qui lui paraissait être un ermite de la forêt, vu l'accoutrement et l'odeur. Les effluves de la pipe semblait se frayer un chemin jusqu'au fond de sa gorge et y gratter le fond. Tandis que son regard continuait de fixer l'inconnu, elle remarqua aisément que ses paroles l'avaient titillé, voire vexé.

Néanmoins, lorsque celui-ci le jaugea de « débutante » dans sa réponse, la vampire faillit crisser des dents. Camoufler une odeur de mort demeurait quasiment impossible pour un odorat suffisamment développé. Elle préférait sentir la terre de cimetière que le terreau de géranium en tout cas.

De plus, il la cherchait aussi. Autant jouer à son jeu dans ce cas.

-Nous pourrions continuer ainsi à nous insulter et à tenter de mettre son interlocuteur hors de lui, ou nous pourrions jouer à un jeu qui mettra à profit vos formidables capacités de déduction, voici les règles: vous me donnez un élément sur vous que je dois deviner, tel que votre âge, profession, etc... Prenons comme exemple votre plat préféré. Et je dois le deviner par mon sens de la déduction et de l'observation, si je me trompe, je dois vous donner, en suivant cet exemple, mon plat favori, et je dois à nouveau tenter de deviner un autre élément que vous aurez défini. Si par contre, je devine juste, c'est à vous de deviner, vous suivez ? Et le gagnant est celui qui devinera le nom de l'autre, qu'en dites-vous ? On joue ?

La Marcheuse n'appréciait que peu le ton qu'il employait. Même s'il avait mentionné « formidables capacités de déduction » comme une sorte de compliment, cela suintait l'ironie mesquine. Cependant, ce petit jeu l'intéressait. Qui sait ? Peut-être que cela pourrait devenir instructif et amusant au passage.

Alors, jouons.

Croisant les bras devant elle, le dos appuyé sur le dossier de sa chaise, l'immortelle décida de lui accorder une réponse, tout en continuant de le prendre de haut et à le jauger. Mais avant de sortir le moindre mot, son regard resta figé sur le visage de son interlocuteur en tentant d'y desceller quelques indices avant de commencer la partie. Pas une bouille connue en tout cas. Donc, pas un Marcheur. Puis, dès qu'elle choisit de lui répondre, sa voix se fit sifflante et provocatrice.

-Ce petit jeu me semble suffisamment intéressant pour en faire une partie. Deviner le plat favori d'un vampire serait tout de même trop simple et trop peu utile, tout comme l'inverse ne m'apporterait pas grand chose. Vous devez sans doute vous nourrir de chasse, de racines aromatiques et de fleurs sauvages. En tout cas, de quoi braver votre exemple...Voilà pourquoi, je vous propose de deviner mon âge en premier, comme vous l'avez proposé. Disons avec une marge de quelques années tout de même. Et vous pouvez même compter les rides si ça vous chante.

En disant ces mots, elle ôta son masque et releva sa capuche, dévoilant son regard carmin et laissant ses longs cheveux noirs tomber sur ses épaules. Elle y glissa son peigne-main droite, avant de recroiser bras et jambes devant elle. Cette information n'avait jamais fuité autre part que dans les oreilles de ses plus proches amis. Un trop peu d'amis d'ailleurs, mais de confiance. S'il fallait obtenir un début de profil, autant avoir une base et avec cette carte, elle imaginait déjà commencer par les fondements et une appréciation chronologique. Un petit sourire amusé jouait sur ses traits de poupée de porcelaine, guettant la proposition de son vis-à-vis. Ses doigts fins tapotaient son biceps gauche dans un rythme léger.

« Provoquer quelqu'un via un jeu sans avoir vraiment de quoi se défendre. De mieux en mieux côté prudence. Il va vraiment falloir que je me trouve du bon sens et de la sagesse, rien ne s'améliore avec l'âge. Tsh !»

Son esprit s'envahissait de pensées et de semblant de conscience, alors que son expression demeurait celle d'une malicieuse et espiègle créature, avide de manipulations. Sa carte était posée. A lui de jouer la sienne.

_________________
"Quand on lutte contre des monstres, il faut prendre garde de ne pas devenir monstre soi-même, car si tu plonges longuement ton regard dans l’abîme, alors l'abîme te regarde aussi..."



Dernière édition par Nindaeï Murmuresoleil le Mar 23 Aoû - 11:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aarun Noblegriffe
Maître de Guilde
Maître de Guilde
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 18/07/2013

Livre des Héros
Divinité: Lilianne
Guilde: Guilde des Juges
Résumé:

MessageSujet: Re: "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]   Ven 2 Jan - 16:15

-Ce petit jeu me semble suffisamment intéressant pour en faire une partie. Deviner le plat favori d'un vampire serait tout de même trop simple et trop peu utile, tout comme l'inverse ne m'apporterait pas grand chose. Vous devez sans doute vous nourrir de chasse, de racines aromatiques et de fleurs sauvages. En tout cas, de quoi braver votre exemple...Voilà pourquoi, je vous propose de deviner mon âge en premier, comme vous l'avez proposé. Disons avec une marge de quelques années tout de même. Et vous pouvez même compter les rides si ça vous chante.

Voilà qui ne semblait pas amuser l'ours.
Il retira à son tour la peau d'ours lui servant de capuche, laissant apparaître son visage renfrogné et d'un sérieux sans nom, ses yeux exprimaient un regard passif aux provocations de la vampire, puis on ne sait pourquoi, son visage se détendit, un haussement de sourcil et un léger sourire en coin se dessinant sur sa tronche de vétéran, j'ignore ce qu'il se passe, mais cette vampire a le don de faire réagir le druide de manière insensée et paradoxale, le faisant visiblement passer par toute une palette de sentiments tous très différents, voir contradictoires, rendant mon analyse de plus en plus dure... Par toutes mes peaux passées tu vas te décider à devenir compréhensible bougre d'abruti poilu ?!

En parlant d'analyse, je pu enfin admirer l'entier du visage de l'interlocutrice du gardien, et je ne m'étais pas trompé, c'est une femme de toute beauté qui défiait mon Ursa, une visage de craie et de porcelaine, mais glaciale, comme un charme dont on tombe amoureux tout en sachant ne jamais l'atteindre, ni même espérer un regard compatissant, cette demoiselle faisait froid dans le dos. Comme si un seul regard de ses yeux écarlates passionnants pouvait, paradoxalement à leur couleur si sanguine, nous geler sur place pour qu'elle nous brise en milliers de morceaux, sans la moindre hésitation.

Cette femme est dangereuse et Aarun devait s'en méfier, mais sur le moment, j'étais tellement à la fois fasciné et effrayé que j'étais incapable d'en toucher mot au druide.

Puis mon ours, d'un ton légèrement moqueur, s'adressa à la mystérieuse vampire, son regard émeraude se glissa dans celui de sa partenaire de jeu :

- A vrai dire, vous allez rire, mais je préfère largement une bonne partie de pêche paisible à la chasse et à la cueillette, pour votre gouverne. Et plus drôle encore, j'ai déjà rencontré un vampire, paix à son âme, qui raffolait d'un bon petit boudin farci, qu'il préparait avec du sang humanoïde, évidemment, mais il ne buvait jamais de sang directement à la gorge de ses victimes car il trouvait cela répugnant, comme un homme se nourrissant de la chaire crue d'un sanglier, à même le cadavre. Il disait, à l'agonie, qu'il avait beau être vampire, il n'était pas un animal.

Un vampire gourmet, comme quoi il faut de tout pour faire un monde, et vous sauriez, si vous étiez plus expérimentée, que toute information est bonne à prendre.


Je me souviens de ce vampire, c'était lorsqu'Aarun était encore très jeune, il se nourrissait généralement de sang d'enfant ou de nourrisson, mais parfois il optait pour des guerriers, pour leur goût plus coriace, prononcé et plein de caractère, cela dit, il prit un jour le mauvais guerrier comme cible, mon ours.

Aarun, pris par surprise dans une ruelle, alors que le vampire lui planta une lame dans le dos, sortit les griffes et lui lacéra l'abdomen, sans même avoir compris ce qu'il s'était passé, et c'est alors que son assaillant, agonisant, lui raconta, comme une anecdote, ses préférences alimentaires, si la haine d'Aarun envers les vampires l'empêchait de le soigner, il avait néanmoins assez de respect envers toutes formes de vie pour rester avec l'assassin jusqu'au bout.

Un inconnu, un vampire qui plus est, qui pendant ses derniers instants, se confia à son assassin, d'abord sur ses goûts, puis sur ses peurs, Aarun regarda en silence le vampire richement vêtu se vider de son sang dans cette ruelle miteuse, ce même vampire qui dans son dernier râle, un sourire en coin dit :

-Moi qui tentais de me convaincre de ne pas être un animal, me voilà mort par la seule loi immuable, celle de la jungle, celle du plus fort, celle du règne animal

Le druide ne connut jamais le nom de cet « homme ».

Et alors que je restais pensif à me remémorer cet événement, le druide regardait, dans un silence de quelques minutes, son inconnue, d'un regard toujours aussi farceur.
Puis il leva les yeux au plafond, se balançant en arrière, avec seulement les deux pieds arrières de la chaise comme appui, il réfléchissait, puis il se leva et alla chercher un livre de botanique, dont il montra dans le silence la couverture à la vampire, pour prouver qu'il ne trichait pas, puis il rassit nonchalamment sur sa chaise en glissant un feuille de son armure entre les pages du livre.

Puis d'un ton calme et nonchalant, le livre fermé sous sa main droite, le regard plongé dans l'éclat sanguin des yeux de son interlocutrice, il dit :

- Bon ! Trêve d'anecdote, il est temps de m'atteler à la résolution de cette petite énigme de début de partie, et je dois vous avouer qu'elle n'est pas si aisée, car deux possibilités s'offrent à moi. Il marque une pause, soutenant toujours le regard de la vampire.

- La première est que vous soyez une très jeune vampire, c'est à dire même plus jeune que moi, inexpérimentée, toute fière de montrer sa pseudo supériorité sur les autres races, ce qui expliquerait vos erreurs de débutante.

A présent son silence se fait plus long, laissant peser sa provocation, comme un défit, comme pour jouer avec les nerfs de son adversaire, ce n'est pas juste une compétition d'observation, c'est un concours pour celui qui fera faire un faux pas à l'autre, celui qui saura avoir la plus grande emprise sur son voisin de table, et c'est d'un ton rieur et amusé que le druide reprend :

- La deuxième serait que vous soyez âgée de plusieurs centaines d'années, ce que votre déclaration à propos de vos « rides » pourrait souligner, mais dans ce cas de figure, avec l'âge vous seriez devenue tellement imbue de vous même, une vampire tellement orgueilleuse et si sûre d'elle, surestimant tellement ses propres capacités qu'elle en vient à penser que les règles de précautions basiques sont pour les amateurs et qu'elle peut s'en passer, être si prétendument puissante qu'elle devint si prétentieuse, qu'elle fait preuve d'un tel amateurisme qu'elle s’étouffera avec son propre égocentrisme et c'est ce qui lui causera une fin bien plus proche et banale qu'elle ne le pense...

EH BIEN LILIANNE SOIT COCUE, CE TYPE A PAS FROID AU BALOCHES !!!

On dirait qu'il est chaud ce soir le bougre de druide ! Il a décidé de ne pas laisser une seule seconde de répit à l'égo de la petite vampire ! Et avant même que j'ai le temps de finir de commenter il reprend ! :

- Il me semble qu'il est bon de laisser place aux conclusions de ma réflexion à voix haute, car voyez-vous, je n'ai pas comme vous l'éternité devant moi. En conclusion je dirais que si je me fie à mon odorat, et à ce que je vois, vous devez avoir près d'un petit millénaire, ce qui coïncide avec ma deuxième hypothèse. Et dans ma grande bonté, je vais même vous expliquer ce qui vous a trahi.

Voyez vous, hormis la puissance de l'odeur du sang qui vous accompagne, il faut savoir une chose, c'est que si l'on compte l'âge d'un homme sur ses rides, chez les vampires c'est l'inverse, plus un vampire est âgé plus son visage se lisse, certains avanceront que plus un vampire prend de l'âge, moins les détails de ce monde les touchent, à tel point qu'ils ne daignent même plus feindre une expression sur leurs visages, ce qui progressivement fige leur visage puisque de moins en moins sollicité.

Personnellement je pense simplement que c'est juste qu'avec le temps les vampires prennent l'apparence qui leur sied le mieux, celle d'un cadavre sans vie.
dit-il avec un grand sourire bien plus efficace qu'un bras d'honneur.
Mais je dois vous avouer qu'Aarun a certainement répondu au pifomètre, bien que rien ne le laisse supposer dans son comportement, il bluffe.
Comment je sais cela ? Tout simplement que bien que l'odorat surnaturel du druide soit impressionnant, il ne peut pas être en mesure de dater plus ou moins précisément l’ancienneté d'une odeur de sang au delà de quelques dizaines d'années, les facteurs de conservation deviennent trop difficiles à prendre en compte, et il est d'autant plus difficile de sentir l'ancienneté de l'aura du vampire dans un lieu aussi chargé d'énergie que la bibliothèque.
Et même si ce qu'il dit sur l'aspect lisse des vampires est vraisemblable, cela n'a jamais été exactement prouvé et il n'existe pas de barème ou de mesure pour calculer véritablement l'âge d'un vampire de cette façon, donc s'il n'a pas répondu par hasard, il s'est appuyé sur d'autres signes que je n'ai ni vu, ni aucunes connaissances, mais la thèse la plus probable reste celle du hasard.

Première manche pour le druide, enfin je pense, enfin j'espère, et il faut dire que cette partie risque d'être fort intéressante, parce qu'il faut dire que ...

MESDAMES ET MESSIEURS, CE DRUIDE EST FOU !!!

Provoquer ainsi quelqu'un... mais j'en connais certains qui se sont fait arracher les parties génitales pour moins que ça ! Mais bon, mon abruti suicidaire semble confiant, alors on verra, espérons juste qu'il ne commet pas une grossière erreur et se laissant ainsi aller à ses ressentiments...
Revenir en haut Aller en bas
Nindaeï Murmuresoleil
~ Maître de Guilde ~
~ Maître de Guilde ~
avatar

Messages : 458
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 23

Livre des Héros
Divinité: Ugorla
Guilde: Guilde des Spectres
Résumé:

MessageSujet: Re: "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]   Dim 25 Jan - 12:44

Et il répliqua. Nindaeï savait qu’elle avait titillé son esprit, suffisamment pour que celui-ci recrache des effluves plus cinglantes les unes que les autres. Et alors, elle avait levé son pavois spirituel, sachant que les mots allaient fuser, mais ne sauraient pas l’atteindre aussi fortement que son interlocuteur le pensait.
 
Dès qu’il lui parla du « vampire gourmet », la faucheuse eut un léger sourire au coin. Les vampires de sang impur peuvent se permettre de manger du boudin, toutefois, les sangs purs deviennent facilement malades avec d’autres nourritures que le sang frais et ils n’ont pas vraiment été éduqués pour singer les humains et les autres races. Paradoxalement, le sang encore chaud refroidissait plus rapidement le brasier de soif qui immolait le fond de sa gorge. Ainsi, sa race avait été faite. Pour ôter la vie. Être des prédateurs. Bien qu’ils aiment se cacher derrière des mondanités, l’immortelle gardait des pensées assez puristes de ses ancêtres. C’est ainsi qu’elle avait toujours vécu. Alors, à quoi bon vouloir chasser sa nature d’animal en sachant pertinemment que le reste du monde humain ne vous accepterait pas ? Le vampire de l’histoire devait sans doute avoir des utopies plein la tête, mais peu de vision du monde qui l’entourait.
 
Dans la réalité, elle n’était pas si sauvage que ses ascendants qui mordaient tout ce qui avait deux jambes et deux bras et qui s’abandonnait aux affres du plaisir sanguin sans la moindre hésitation.
 
Elle était accoudée à la table, son visage lové dans sa main droite, tandis que son regard condescendant fixait son vis-à-vis avec un intérêt explosif. Cela faisait si longtemps que personne n’avait osé lui prendre tête de cette manière qu’elle en avait oublié cette sensation à la fois désagréable et si encourageante à continuer le jeu.
 
Il proposa une première réponse, puis une seconde, qui semblait bien plus proche du but.
 
- La deuxième serait que vous soyez âgée de plusieurs centaines d'années, ce que votre déclaration à propos de vos « rides » pourrait souligner, mais dans ce cas de figure, avec l'âge vous seriez devenue tellement imbue de vous-même, une vampire tellement orgueilleuse et si sûre d'elle, surestimant tellement ses propres capacités qu'elle en vient à penser que les règles de précautions basiques sont pour les amateurs et qu'elle peut s'en passer, être si prétendument puissante qu'elle devint si prétentieuse, qu'elle fait preuve d'un tel amateurisme qu'elle s’étouffera avec son propre égocentrisme et c'est ce qui lui causera une fin bien plus proche et banale qu'elle ne le pense... 
 
Il avait du cran, du sacré cran. Bien qu’elle ait dû se sentir vexée, étrangement, elle ne l’était pas. Disons plutôt qu’elle appréciait sa franchise et sa manière indirecte d’exprimer ses émotions. Il devait vraiment haïr la race vampirique. Toutefois, il continua sa réflexion, en parlant très vite.
 
- Il me semble qu'il est bon de laisser place aux conclusions de ma réflexion à voix haute, car voyez-vous, je n'ai pas comme vous l'éternité devant moi. En conclusion je dirais que si je me fie à mon odorat, et à ce que je vois, vous devez avoir près d'un petit millénaire, ce qui coïncide avec ma deuxième hypothèse. Et dans ma grande bonté, je vais même vous expliquer ce qui vous a trahi.

Voyez-vous, hormis la puissance de l'odeur du sang qui vous accompagne, il faut savoir une chose, c'est que si l'on compte l'âge d'un homme sur ses rides, chez les vampires c'est l'inverse, plus un vampire est âgé plus son visage se lisse, certains avanceront que plus un vampire prend de l'âge, moins les détails de ce monde les touchent, à tel point qu'ils ne daignent même plus feindre une expression sur leurs visages, ce qui progressivement fige leur visage puisque de moins en moins sollicité.

Personnellement je pense simplement que c'est juste qu'avec le temps les vampires prennent l'apparence qui leur sied le mieux, celle d'un cadavre sans vie.
 
Et il la traita une fois de plus de débutante, de cadavre... La totale! Bien que ce soit une bien intéressante réflexion qu’il ait exposé. Il voulait se montrer cinglant, blesser par ses mots. La cryomancienne eut même une réaction des plus contradictoires comme si elle voulait tout simplement écraser sa petite réflexion satyrique telle une fourmi sous sa botte. Elle éclata de rire. D’un de ces rires cristallin et aiguisé, comme pour se moquer ouvertement sans la moindre gêne. Puis, dès qu’elle s’arrêta, sa voix paraissait très assurée.
 
-Les rides sont monnaie courante chez les humains dès qu’ils atteignent l’âge de la vieillesse, voilà pourquoi j’y avais fait allusion comme comparatif. Toutefois, il est vrai que je voulais vous poser une colle dès le début, histoire de bien entrer dans le jeu sans préliminaires. Vous avez du cran, mais peu de bon sens. Certains de mes semblables n’auraient pas attendu un seul instant de plus pour vous arracher les carotides à coup de canines. Mais, ce n’est pas mon cas. Pour les rides, sachez que mon propre père avait un visage totalement inexpressif alors qu’il n’avait même pas 120 ans.
 
Il voulait la pousser à bout, la voir réagir et craquer et c’est justement pour cette raison qu’elle concentrait tout son sang-froid. Un élan de colère et le jeu se terminerait si rapidement. Quel dommage. Après tout, sa résistance avait été bien plus éprouvée, lors des pertes de contrôle du Tourmenteur. Un inconnu qui la cherche, cela paraissait être un jeu d’enfant. Du moins, pour le moment…
 
-Néanmoins, il y a une réponse juste parmi vos propositions, enfin dans son estimation et j’ai dit que je vous laissais une marge. Vous avez eu sacrément de la chance à ce niveau-là, mais le vent finira sans doute par tourner.
 
Elle… admettait presque sa défaite sur cette manche. Lunatique et imprévisible. Dire qu’elle était prête à mettre de côté un court instant son ego surdimensionné pour chasser l’ennui. Les années devaient être de véritables petits enfers de langueur alors… Pourtant, elle gardait ce petit sourire moqueur sur ses traits. Paraissant hors d’atteinte, insensible aux reproches.
 
-Je suppose que les rôles sont échangés alors. Que devrais-je deviner sur vous ? Votre âge ? Votre profession ? Surprenez-moi.
 
Une vraie petite saleté. Après avoir ressenti quasiment de la colère dans le timbre de la voix du druide, elle voulait en entendre de nouveau. Sentir encore plus d’énervement. Nindaeï avait senti que sa haine n’était pas dirigée que vers elle, mais plutôt vers les autres vampires en général. Il paraissait en savoir plus que les gens juste intéressés par le sujet, comme un chasseur apprenait à connaître sa proie et c’est justement pour cette raison que la Marcheuse ferait tout pour ne pas tomber dans ses filets. Bien que plus anciennement dans la conversation, elle s’était laissé aller par ses émotions, attendre de voir sa réaction avait suffi à comprendre ses motivations. Il n’avait pas l’air d’être un sanguin et pourtant, sa colère avait tout l’air d’être due à une blessure. Une réaction de défense à un souvenir qui faisait trop mal pour guérir. Elle-même avait déjà réagi pareil, voilà pourquoi cette réponse s’offrait à elle comme une vérité.
 
Sur son visage, le petit sourire narquois restait gravé dans le marbre de sa peau.

Et l’ours avait mis la patte dans le premier piège.

_________________
"Quand on lutte contre des monstres, il faut prendre garde de ne pas devenir monstre soi-même, car si tu plonges longuement ton regard dans l’abîme, alors l'abîme te regarde aussi..."

Revenir en haut Aller en bas
Aarun Noblegriffe
Maître de Guilde
Maître de Guilde
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 18/07/2013

Livre des Héros
Divinité: Lilianne
Guilde: Guilde des Juges
Résumé:

MessageSujet: Re: "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]   Dim 5 Juil - 19:01

Elle rit aux éclats, s’esclaffe devant la réponse du druide, ce qui n'eût comme effet que de faire perdre son sourire narquois à Aarun pendant un instant, pour laisser place à un regard dur, sourcils froncés, mâchoire posée sur son poing droit, puis, une fois les gloussements de la vampire terminés, elle reprit d'un ton calme, et si son monologue sur les sillage du temps sur les visages humains laissa relativement de marbre mon ours, une phrase en revanche le fît réagir.

Vous avez du cran, mais peu de bon sens. Certains de mes semblables n’auraient pas attendu un seul instant de plus pour vous arracher les carotides à coup de canines. Mais, ce n’est pas mon cas.

A ces mots, le gardien ne pût s'empêcher d'afficher un sourire de défit, un regard de feu plongé dans les yeux écarlates de l'inconnue et il griffa avec l'ongle de son pouce droit son cou ( sans pour autant sortir une griffe ), afin de laisser perler quelque goûtes de sang le long de sa peau... Je crois que je vais abandonner, cet imbécile à poils drues a vraiment envie de mettre fin à ses jours, là je peux plus rien pour lui.

Et alors qu'elle continuait à démolir la théorie de l'ours, Aarun toisait toujours la vampire de son regard provocateur, tout en se laissant affaler sur sa chaise, léchant le sang sur son ongle.

Ce jeu était déjà une assez mauvaise idée, mais comme je l'ai dit précédemment, c'est le combat derrière ce jeu qui est d'autant plus dangereux, et provoquer ainsi la faim d'une vampire dont on ne sait rien, et bien que l'on soit de jour, le soleil ne jouera pas en notre faveur dans un sous-sol, tout en cherchant à la mettre hors d'elle par la parole, tout ceci revient à lui donner l'autorisation de nous attaquer... Il serait inutile de lui faire part de cette réflexion, le connaissant il n'en ferait qu'à sa tête de toute façon.

Puis, l'encapée admit que l'ours avait tapé juste, non sans pointer d'un doigt narquois la chance du druide sur cette action ce à quoi le druide répondit simplement en penchant la tête sur le côté, souriant, pendant que ce geste mettait encore plus en évidence la trainée de sang qui se frayait un chemin vers sa clavicule. Ce jeu va mal finir, très mal finir j'en ai l'impression...

-Je suppose que les rôles sont échangés alors. Que devrais-je deviner sur vous ? Votre âge ? Votre profession ? Surprenez-moi.

A ces mots, le druide ôta les plaques de bois ainsi que les feuillages recouvrant son torse, puis ouvrit le pourpoint en cuir usé qu'il portait en dessous pour dévoiler un torse musculeux, velus, et couvert de cicatrices, et si je n'étais pas terrifié par la vampire, j'aurais probablement lancer un «  tu sais, je crois pas que tu sois son genre » à l'ours pendant cet effeuillage ( haha, vous avez compris ? Effeuillage, parce que son armure est composé de... oh pis laissez tomber, c'est pas grave ) mais bon, il est à présent trop tard.


- Alors, à présent, je vous met simplement au défi, en prenant en compte le nombre de cicatrices que vous pouvez voir, de deviner le nombre de blessures visibles dans mon dos, évidemment, avec une légère marge d'erreurs dit-il, souriant de toutes ses dents pendant qu'il laissait le filet de sang se frayer un chemin vers ses 37 cicatrices visible sur son torse, alors qu'il pose ses mains, munies de respectivement 12 et 17 marques de combat, sur ses genoux.

Et donc, en prenant en compte que ses bras et jambes son encore couvert par les vêtement et que l'on peut observer en plus de ça les trois sur son visage, deux petites rondes sur le côté droit de son cou et les 8 et 11 sur ses pieds, la vampire est supposée deviner qu'il n'a que trois cicatrices dans le dos ? Eh bien, c'est la soirée de colles faut croire.

Mais il faut savoir une chose, Aarun serait parfaitement capable de se soigner de manière à ce que ses cicatrices disparaissent, mais si l'une des raisons de cette négligence est qu'il ne se préoccupe guère de l'esthétique de son corps, la raison la plus importante c'est qu'elles sont preuves de ses combats précédents, preuves de sa survie, et preuves de sa capacités à toujours affronter de face ce que la vie lui réserve, mais ça, est-ce que la vampire pourra le voire ?
Revenir en haut Aller en bas
Nindaeï Murmuresoleil
~ Maître de Guilde ~
~ Maître de Guilde ~
avatar

Messages : 458
Date d'inscription : 26/02/2012
Age : 23

Livre des Héros
Divinité: Ugorla
Guilde: Guilde des Spectres
Résumé:

MessageSujet: Re: "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]   Mar 23 Aoû - 12:27

Prochaine manche.

Son interlocuteur ôta l'attirail qui protégeait son poitrail. De plus, cela faisait quelques secondes déjà que l'odeur du sang chantait dans ses narines. Son visage ne la trahissait pas, hormis ses pupilles qui se mirent à luire légèrement à la vue du sang s'écoulant sur les cicatrices du duelliste. En fait, s'il n'était pas aussi arrogant et ne créait pas un mépris aussi viscéral chez la vampire, il aurait pu l'intéresser. Sa manière d'arborer son torse semblait pareil à un marin voulant montrer un nouveau tatouage déjà recouvert de transpiration à ses compagnons de boisson.

- Alors, à présent, je vous mets simplement au défi, en prenant en compte le nombre de cicatrices que vous pouvez voir, de deviner le nombre de blessures visibles dans mon dos, évidemment, avec une légère marge d'erreurs.

Il souriait. Et qu'est-ce que ce sourire était détestable! Elle eut un léger spasme des paupières supérieures. Se concentrer avec cette odeur allait être dur. Toutefois, ce n'était pas une première. Les yeux carmins balayaient le corps du druide de haut en bas, jaugeant chaque détail pouvant l'aider à répondre à cette énigme.

"37 sur le torse, 12 sur la main gauche, 17 sur la main droite, 3 sur le visage, 2 sur le cou, 8 sur le pied gauche et 11 sur le pied droit... Mmh... Ce sont des marques de combat. Hormis les deux sur le cou. Des marques d'usure des batailles. Des entraînements. Un bourrin en tout cas..."

Nindaeï posa doucement son index gauche sur sa lèvre inférieure et s'adossa davantage sur son siège. L'air pensif sur son visage accentuait l'impression de marbre blanc typique des sangs-purs. Néanmoins, elle remarqua quelque chose au niveau de la plaie sanguinolente du cou de son vis-à-vis. Après que le mastodonte ait posé sa colle, le sang qui s'écoulait de la plaie avait eu un soubresaut dans son écoulement. Comme si le druide avait eu un gloussement involontaire, dû à un excès de confiance. A cette sensation d'avoir posé un collet et de voir un lapin gambader en direction du piège. Mais aussi, simplement, au fait qu'un léger retour de sa salive se fit dans le pharynx du druide. Ce genre de mouvement mu par l'appréhension. Ce genre de détails que personne ne voyait, pas même la personne qui l'éprouvait.

Un succinct rictus glissa sur la commissure gauche de la bouche blanche de l'élémentaliste. Faire couler du sang avait beau limiter sa concentration, mais cela affûtait ses sens. Une technique pour la déstabiliser à double-tranchant.

Le silence demeura quelques instants. Avant d'être brisée par la voix claire de la vampire, qui croisa ses deux bras devant elle:

-Il semblerait que deux possibilités s'offrent à moi. La première serait que vu votre collection, votre dos soit couvert de plus de cicatrices qu'il y a de morpions dans le lit de Lady Butterfly. Ce serait alors une jungle de cheloïdes, trahissant des coups de fouet. Seulement, je ne pense pas que cela soit entièrement votre tasse de thé. 

Elle marqua un court silence, puis prit une inspiration factice comme pour annoncer un long discours.

-La seconde proposition, plus alléchante, serait qu'il n'y en ait que peu. Votre carrure, votre faciès... Tout cela trahit le fait que la vie ne vous a pas fait de cadeau. Vous l'affrontez de face et vous ne regardez pas derrière vous comme un pleutre fuyant son passé, mais comme un survivant qui endosse ses fardeaux et les assimile. Vous foncez dans le tas, plutôt que d'agir dans les ombres. De plus, vous ne me craignez pas de la même manière que les autres humains. Les mêmes humains qui fuient dévoilant leur colonne vertébrale comme si cela était une poignée pour y enfoncer ses griffes et se repaître de leur sang... Mais, ne tardons pas en digressions. Je suppose qu'il y a deux cicatrices. Voire un peu plus peut-être.  

Parler autant et à tâtons qui plus est. Ils étaient tout deux des êtres à ne pas éprouver de sentiments quand il s'agissait de faire des détours. Tout deux voulaient êtres cinglants, sarcastiques et acerbes. Et ils y parvenaient apparemment.

Nindaeï leva un peu le menton, geste donnant la parole à son adversaire de jeu.

Chance et déductions. Elle manquait de chance, autant espérer que son esprit critique n'ait pas trop pris la poussière...

_________________
"Quand on lutte contre des monstres, il faut prendre garde de ne pas devenir monstre soi-même, car si tu plonges longuement ton regard dans l’abîme, alors l'abîme te regarde aussi..."

Revenir en haut Aller en bas
Aarun Noblegriffe
Maître de Guilde
Maître de Guilde
avatar

Messages : 42
Date d'inscription : 18/07/2013

Livre des Héros
Divinité: Lilianne
Guilde: Guilde des Juges
Résumé:

MessageSujet: Re: "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]   Lun 10 Oct - 20:49

Après son effeuillage ( héhé... allez je sais qu'elle est drôle !.. rhoo bon d'accord ), donc après qu'il se soit dévêtu et qu'il entama son tour, je ne saurais dire si j'avais effectivement vu les yeux de la vampire luire quelque peu, ou si ce n'était que mon imagination suite à mes craintes de voir son appétit titillé par la double provocations de l'ours, mais quoi qu'il en soit cette situation me mettait de plus en plus mal à l'aise.

Mais alors qu'un silence brisé uniquement par le léger crépitement du tabac s'était installé pendant que madame se permettait de toiser avec insistance le torse de mon druide, elle eût un rictus, celui que l'on voit chez enfant ayant enjambé le croche-pied de sa petite soeur, un de ces sourires te disant avec arrogance et méprit : «  t'y es pas encore gamin »...

.., Je vais finir par vraiment soufflé à mon barbu mon idée de lustre et de napperons faits main...

...Enfin, une fois que j'arrêterai d'avoir peur pour lui... Surtout que je pense être le seule a avoir pris ce pauvre petit spasme ainsi, mais je ne peux m'empêcher d'avoir l'impression que chacune des actions de la pâle est uniquement faite pour irriter, à vrai dire le simple fait qu'elle parcoure cette terre m'irrite, non pas que j'ai une haine particulière contre les vampires comme Aarun, mais simplement celle-ci, elle est dangereuse et un je ne sais quoi chez elle donne envie à l'ours de jouer avec cela... Je la hais, clairement, autant que je la craint...

Puis elle croisa les bras et dit d'une voix claire :

-Il semblerait que deux possibilités s'offrent à moi. La première serait que vu votre collection, votre dos soit couvert de plus de cicatrices qu'il y a de morpions dans le lit de Lady Butterfly. Ce serait alors une jungle de chéloïdes, trahissant des coups de fouet. Seulement, je ne pense pas que cela soit entièrement votre tasse de thé

A ces mots le druide commença à glousser, enfin après ceux mentionnant Lady B pour être plus précis, puis à rire, non pas cette fois d'un rire moqueur, ou prétentieux ou encore arrogant, mais d'un rire franc, probablement que cette pique envoyée à l'occasion d'une comparaison à notre dirigeante ne pu laisser Aarun indifférent de part sa justesse. Cette fois ci il ne riait non pas de la vampire mais avec elle.

Puis elle reprit :


-La seconde proposition, plus alléchante, serait qu'il n'y en ait que peu. Votre carrure, votre faciès... Tout cela trahit le fait que la vie ne vous a pas fait de cadeau. Vous l'affrontez de face et vous ne regardez pas derrière vous comme un pleutre fuyant son passé, mais comme un survivant qui endosse ses fardeaux et les assimile. Vous foncez dans le tas, plutôt que d'agir dans les ombres. De plus, vous ne me craignez pas de la même manière que les autres humains. Les mêmes humains qui fuient dévoilant leur colonne vertébrale comme si cela était une poignée pour y enfoncer ses griffes et se repaître de leur sang... Mais, ne tardons pas en digressions. Je suppose qu'il y a deux cicatrices. Voire un peu plus peut-être.  


Et elle fini en faisant comprendre au druide que c'était à lui de prendre la parole...

... Je la hais... J'ignore comment elle s'y est pris mais elle a deviné juste... j'ignore comment mais elle a cerné Aarun, et ça ne me plaît pas, surtout que j'étais l'un des seuls à connaître aussi bien le corps du druide mais aussi parce que ça ne va pas arranger son affaire, mais cela dit je suis visiblement le seul ennuyé par cela, puisque la seule réaction du barbu fût un simple sourire en fermant les yeux un instant, laissant transparaître une légère déception, mais sans plus, comme s'il venait de prendre une bière en jouant aux cartes avec un ami, non pas qu'il la considérait comme une amie, mais le niveau d'impact émotionnel est le même, une simple réaction de fair-play...
Je crois comprendre... Le simple fait de rire... c'est peu être bête mais ce serait crédible connaissant l'ours... Oui, c'est ça, je pense qu'après ces derniers jours, plus la tension précédente, le moindre sourire franc qu'on puisse lui décrocher suffit à lui faire reprendre son calme, à le détendre... Si c'est une bonne chose qu'il soit plus calme je doute qu'il soit bon qu'il soit trop à l'aise avec celle-là...

Puis, laissant un léger silence, seulement le battement de son coeur s'accélérant doucement alors qu'il la regardait dans les yeux troublait ce silence étrange, il prit la parole d'un ton calme... souriant, presque bienveillant :

-Bien joué, sincèrement, peu de personnes sont capables de telle clairvoyance, il y en a trois.

Puis il se leva, lui tourna le dos, plaça les doigts de sa main gauche dans sa barbe, regarda les rayons à présent devant lui et reprit :

-Je vous laisse vérifier pendant que je continue tout de même de chercher ce pourquoi j'étais venu à la base... Je ne peux fuir, vous avez raison, mais je peux ainsi vous montrer ma colonne vertébrale si ça vous met plus à l'aise. Cela dit profitez de ma recherche pour me dire ce que je dois deviner à mon tour.

Son ton était toujours calme, toujours lui tournant le dos, les doigts toujours dans la barbe, sans la regarder, le regard sur la tranche des livres, il avait presque l'aire doux, on aurait pu croire qu'il se souciait du confort de la vampire, comme si... comme s'il s'était au final laissé charmé par la belle ? Comme un de ces amoureux transi, capable de laisser l'objet de leur désir faire ce que bon leur semble de sa personne ? Car oui, lui tournant le dos ainsi, c'est comme s'il l'autorisait à planter ses griffes tel qu'elle en parlait... Mais qu'as-tu donc en tête mon pauvre bougre d'ours ?...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Parchemins, grimoires et entourloupes... "[pv Aarun Noblegriffe]
» Vieux parchemins et ouvrages abîmés
» Catalogue d'objets magiques : parchemins magiques
» Liste des objets et grimoires magique
» Les Chroniques d'une Rôdeuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aeoris :: La cité :: La Grande Bibliothèque :: Vieux rayonnages-
Sauter vers: