Aeoris
Bienvenue sur Aeoris !
Il s'agit d'un forum RP basé sur l'univers médiéval-fantastique du monde d''Arcadia et plus précisément dans la cité D'Aeoris. Nous comptons actuellement 41 membres, et l'ambiance est excellente, en particulier sur la chatbox du site. Le forum est très actif et de nombreux RP et events sont au programme. Tous les amateurs de manga, musique, dessin et autres activités artistiques trouveront aussi leur bonheur dans la partie dédiée à ce sujet. Si vous êtes à la recherche de RP passionnants, de gros délires et d'une ambiance sympa, n'hésitez pas et rejoignez-nous !
(Demandes de partenariat inter-forums dans la partie prévue à cet effet. Pas besoin d'inscription.)

Aeoris

Les anonymes redeviennent poussière, sans personne pour les pleurer. Seuls les actes sont honorés.
 
AccueilCalendrierFAQMembresS'enregistrerConnexion
Bienvenue sur Aeoris ! Bon Rp's à tous ! Rejoignez nous et forgez votre destinée!
Le forum va bientôt être en reconstruction, nous travaillons pour pouvoir vous fournir un contenu de qualité.
Admins :

Derniers sujets
» Insérez une musique de générique quelconque
Jeu 16 Mar - 17:40 par Kaltaïs Thra

» Réveil difficile [RP solo]
Ven 10 Mar - 1:19 par Kaltaïs Thra

» Alibi-RPG!!
Dim 5 Fév - 16:16 par Invité

» L'horreur dans la cale
Dim 15 Jan - 14:46 par Vas Solemen

» Autour d'un verre [PV Aliah]
Mer 28 Déc - 22:32 par Kaltaïs Thra

» De l'ombre à la lumière
Lun 19 Déc - 15:37 par Aliah

» Une épreuve explosive [pv Nindaeï - Aliah]
Jeu 15 Déc - 15:51 par Aliah

» Une rencontre déterminante
Sam 26 Nov - 15:04 par Nindaeï Murmuresoleil

» Une mission de "discretion"
Mer 23 Nov - 0:52 par Aliah


Partagez | 
 

 Le bain de Monsieur Crâne (pv Lakhsry)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le bain de Monsieur Crâne (pv Lakhsry)   Lun 30 Déc - 23:37

Il suivait depuis quelques heures une jeune fille dans le but de lui faire les poches car non seulement son estomac mais aussi son visage rendu émacié criaient famine. Elle était toute jeune, ses cheveux retenus par une lanière de cuir tourbillonnaient en masse sauvage au rythme de ses pas. Elle chantonnait, mais pas assez fort pour que ce soit audible. Elle avait un seau rempli à raz-bord dans chaque main mais ça ne semblait la déranger. Il lui aurait bien proposé son aide, s'il n'avait pas prévu de la dépouiller de ses biens, et il n'était pas contre le fait de lui emprunter éternellement ce carré de torchon qui lui servait de châle, cela ferait une bonne écharpe.

Elle était derrière ce type maigre, décidée à lui proposer ses services dès qu'il ralentirait un peu, il avait bien l'air d'avoir besoin d'un peu de plaisir, et elle ne cracherait pas contre quelques ronds, aussi, elle faisait comme elle pouvait, et bien nombreux étaient ceux qui l'avaient complimentée sur ses jolis yeux, elle accéléra un peu, il fallait qu'elle l'atteigne avant la concurrente qu'elle avait sur les talons. Cette concurrente justement, venait de relever ses jupons, une flaque d'une couleur fort douteuse s'étalait sur la ruelle. Elle l'enjamba de justesse, et releva la tête, ah, ils avaient tourné.

Il se cachait derrière un tonneau, une caisse de bois, se plaquait contre le mur. Il épiait sa femme depuis un moment, de plus en plus surpris par la tournure que prenaient les événements, et la direction qu'elle prenait, aussi. La folle au bol de nouilles restait dans l'ombre de cet homme dissimulé dans un pan de mur, son bol était retourné sur sa tête, casque de fortune, des pâtes en dégoulinaient, avec un reflet verdâtre. Les yeux noirs roulaient, à gauche, à droite, non, ne pas se laisser happer par les alentours, rester protégée dans l'ombre. Rester, rester dans l'ombre.

Alead progressait en direction de cette femme étrange, persuadé qu'elle le mènerait aux putes.

Il peinait à y voir dans l'obscurité, et quand il fallut tourner et opter pour une ruelle plus étroite encore il crut qu'il était de nouveau dans ces rêves, ceux qui parlaient de chair et de sang. Un sourire se forma, puis s'élargit, avant de s'ouvrir pour laisser échapper un éclat de rire. Il continua son chemin, jouant les insouciants, alors que peu à peu le groupe ralentissait. Il entendit, au loin, cette petite voix, légèrement enrouée, annoncer quelque chose. Il y eut comme un écho, grave. Visiblement un groupe de personnes répétait les mots de la voix féminine. Il jeta un coup d'oeil derrière lui, puis se prépara à avancer. Ah, cette distance n'était qu'illusoire.

Ils étaient tout un groupe en effet, des hommes, des femmes, et une seule enfant, au centre, dans une grande baignoire éclatante. Elle vida un seau sur une table, où se trouvait un crâne. Elle le prit ensuite dans ses bras et s'assit. Elle répéta: C'est prêt pour le bain de monsieur crâne. Ils répétèrent, avant de se mettre à parler dans une langue étrange. Une langue d'envoûteurs. Le semi-elfe eut un mouvement de recul, mais il buta contre quelqu'un derrière lui. D'autres arrivaient de tous les côtés. Les individus vêtus de toges grises baissaient progressivement la voix, tout en tirant leurs armes.

Il n'aimait pas du tout ce qu'il se passait ici. Il se retourna et attrapa le manche qui dépassait de la tenue du type derrière lui. Sérieusement, une hache? Des types se baladaient avec des haches dans les rues? Alead leva les yeux au ciel et se mit en position défensive, prêt à bondir dès qu'ils auraient ouvert les hostilités. Pas difficile de deviner avec quoi ils voulaient remplir la baignoire s'ils vidaient l'eau à côté. L'enfant replaça le crâne contre sa poitrine, au plus proche d'elle, et pointa la foule d'un doigt impérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le bain de Monsieur Crâne (pv Lakhsry)   Mer 1 Jan - 22:36

Les rites néoromantique ou démonologique n’était pas fréquent certes, mais Lak semblait tenir une piste sur un des rituels qui pourrais avoir lieux en Aeoris.

C’est en empruntant une des ruelles sombres que lakhsry déboucha sur un groupe de femmes, il fallait avouer que même Lakshry était un Liche qui avait un certain pouvoir magiques avec de nombreux artefact divins aux bouts des doigts, ça ne l’empêchait pas de ce perdre, il demanda donc son chemin à ces femme qui n’étaient que très peu vêtues, ne vous faite pas d’idée, il sait qui elles sont et non il ne le fera pas.

Après une discussion disons… enflammée, Lak continua sur son chemin un peu confus il fallait l’avouer, il arriva alors près d’un groupe d’homme, un demi-elfe aux milieux, ces hommes était lourdement armés il fallait avouer, hache et armure de cuir probablement, l’elfe était sur la défensive
.
Lak saisit alors son bâton et défit son grimoire, au moment où il commença a incanter le sort de ‘’bourrasque’’ pour détourner l’attention et défaire la garde des hommes, il entendit des pas derrière lui il se retourna et un homme sortit un gourdin a épine et frappa la main de Lak qui émit un gros ‘’krak’’ sous la puissance du coup. Le grimoire tomba donc au sol , sans grimoire, pas de pouvoir et donc ben…il est dans la merdre, il tourna la tête et vit un homme encagoulé hurler.

-Hey !! C’est un mage !!!

C’est alors que TOUT les regards ce tournèrent vers Lakhsry qui tenta de ce faire aussi petit qu’une souris…dommage que le grimoire soit tombé au sol…il y a un sort pour ça…

Il sera son bâton qu’il avait posé contre lui, que faire ? Défaire son bandage est tranché, déchiqueté, broyer, tuer et massacrer ? Non Lak ne pouvait pas faire cela. Il pesta contre le fait que les mage devait avoir son sort en mémoire et que le sort dont il devait faire usage n’avait pas été imprimé dans son esprit.

Il attendit la suite des évènements.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le bain de Monsieur Crâne (pv Lakhsry)   Ven 3 Jan - 19:37

Quelle bande d'idiots, songea un jeune homme maigre. Crier ça, juste après cette incantation supposée annihiler toute forme de magie, ils en avaient de bonnes! Ils semaient la panique par ce simple propos alors qu'ils n'avaient rien à en craindre, mais quels idiots, mais quels idiots! À moins... À moins qu'ils n'en sachent rien. Comme une sorte de, hum, secte! Il pensa ensuite à la lame qui courait sur sa gorge. Ah sa chère Lady Bourbon, sa petite passerine qui chantait si faux qu'elle lui semblait éméchée, qui la nourrirait s'il ne revenait pas lui porter un quignon de pain noir misère? Une larme scintilla au coin de l'oeil, mais n'eut le temps de rouler à la pommette et à la joue, que l'iris se ternit, et la tête tomba au sol, se détachant du corps. Elle fut rattrapée et jetée vers la baignoire. Le crâne sembla bouger, mais ce ne devait être qu'un mouvement de la fillette, qui sourit, et un de moins. Sur son châle, les quelques traces rougeâtres qu'on aurait supposées être de crasse semblaient être de sang. Peut-être qu'elle arriva à la même conclusion, ou qu'elle fut banalement horrifiée par le meurtre d'un inconnu banal dans une ruelle sombre typique... enfin, une femme hurla.

Sa barrette mal accrochée tomba quand elle releva le visage pour tenter d'en appeler aux dieux célestes. Ses cheveux roux se déployèrent. C'était comme autrefois, quand sur scène le spectaculaire meurtre d'une des beautés sur le point de prendre sa retraite était accompagné de rafales d'applaudissements. Ah, les Rafales, témoins de l'attitude du public, prêt à tout pour un peu de divertissement, même à sacrifier ses pairs, enfin, ce pour son confort personnel, qui devrait toujours passer en premier plan. Ah, quelle haine! Quelle haine envers ces rafa... elle l'avait, oui cette haine, fou comme elle l'avait, ça bouillonnait en ses veines, ah, liquide amer, lave, rage fluide. Il fallait se ressaisir. Elle ramassa la barrette, la plaça comme précédemment, et sortit un poignard de ses jupons, dans une autre vie, elle aurait pu s'appeler prudence, mais ici, pour éviter le danger, la prudence n'était pas suffisante, il fallait un brin de paranoïa, un brun de folie meurtrière. Oui, ce devait être ça, pour éviter de subir ces dangers, il fallait en causer.

Il prenait ses jambes à son cou. Et ça n'a aucun intérêt. Fin. Non, quand même pas, parce que ce type, qui laissait sa femme à ces monstres pourtant si humains, priva d'ombre une autre personne de la gent féminine. Plus d'ombre, plus d'ombre. Mais comment inspirer cette pitié? Le bol ne suffisait pas à être dégoulinant de cette matière qu'elle osait appeler pathos justement. Alors il fallait un flashback, il fallait se replonger dans des heures noires de drame. Pas besoin d'aller bien loin, il y avait bien son fils, Hugo, ah, petit Hugo, massacré avec toute la famille, une lignée éteinte, ne restait guère plus qu'elle.. Prise de douleurs elle chercha de son regard noir les cheveux blonds de l'innocence. Hugo, héla-t-elle, d'une voix brisée, Hugo, t'es là? Il faisait bien un temps qu'elle était devenue folle, comme perturbée par l'improbabilité de son existence, heureusement personne ne se posa vraiment la question du pourquoi et du comment, car quand on ne vit que des horreurs, on perd toute crédibilité et vraisemblance. Et la pitié, l'empathie sont alors remplacés par une sorte de réflexe, de rejet. Cela ne tient pas debout.

Alead réfléchit un peu, mais pas trop, il n'était pas très doué pour ça, pas doué à grand chose. Il lança sa hache en direction du type bizarre qualifié de mage, et sans faire gaffe à la réception, cria que ce sorcier lui avait prit son arme, qu'il fallait fuir. Ce qui ne marcha pas, évidemment.

Ils avançaient tous d'un même pas d'une même masse, ils avaient cette aura sombre typique et cette classe rendue banale par tous ces livres pour elfes adolescents, qui parlaient d'héros sombres, mystérieux, torturés, noirs, mais quand même increvables. Alead sourit, d'un sourire d'une blancheur éclatante, n'oublions pas qu'après de nombreuses années à errer, il avait découvert dans la nature quelques techniques pour obtenir un éclat carnassier. Peut-être mâchonnait-il du poivre en silence, mais nous n'en saurons plus sur ce pan de la vie privée d'Alead, car le voilà à nouveau partit pour penser utile, et ses secrets resteront secrets. Il eut un mouvement de recul. Il y avait quelqu'un, derrière la petite, qui se leva lentement de la baignoire, la fillette l'apostropha de son nom, et il répondit d'un bref signe de tête. Ce devait être le chef. Il paraissait fort, en effet. Mais quand le sort se dissiperait, le mage en profiterait pour tous les fumer, n'est-ce pas ? C'était la question que la plupart des prisonniers se posaient. Pendant qu'Alead admirait la carrure de ce type.

Il était grand, et avait lui aussi cette sorte d'aura sombre, il posa la main sur la tête de la fillette, qui se tut aussitôt. Elle l'aidait bien, mais il ne fallait guère qu'elle fasse trop, tout ce beau monde était son œuvre uniquement, tout de même. Il s'avança , près de celui qui avait pris les commandes pendant qu'il se reposait, et l'envoya valser contre un mur. Ils avaient du mal à comprendre, ils pouvaient aider, mais ne devaient surtout pas prendre le contrôle. Il sourit à son tour, il devait connaître le secret d'Alead, on ne s'improvise pas gourou sans sourire charismatique. Les membres restaient, comme cette femme au bol de nouilles auparavant, dans l'ombre. Ils se sentaient libres de le choisir, leur chef, après tout, n'était-il pas attentionné ? N'était-il pas attentif ? Ne passait-il pas de temps en temps juste pour s'assurer que tout allait ? Il avait dit qu'il les protégerait, Ohoon était leur divin patron, grâce auquel ils avaient fait de bonnes rencontres, grâce auquel ils étaient si soudés, grâce auquel ils avaient tant partager. Et là, il fallait attaquer. Pour le bien du groupe.

Seul Ohoon pouvait les guider. Alead qui n'avait plus d'arme enleva sa chaussure droite qu'il fit tournoyer par les lacets. Le premier qui approcherait se ferait refaire le portrait à coups de semelle boueuse. Tant pis pour la dignité, rester en vie, même un peu sali, c'était mieux. La lame s'enfonça sans mal dans le cuir, et l'hybride sentit qu'il était mal, mais lorsqu'il s'aperçut qu'elle restait coincée il ricana, avec une assurance bricolée au pied levé. Comme si c'était son plan. Bon, l'important c'était que ça déconcentrait l'adversaire, il ne fallait pas en demander plus. Il prit la lame-chaussure. C'était parfait, une arme à sa convenance. « Je vais vous embrocher, petits sac-à-main d’occasion de merdre ! » lança-t-il sur son ton le plus hautain, pour se donner un peu de ce courage qu'il n'avait pas. Il prit la position propre à l'escrime, fit un rapide salut, manquant de glisser et s'étaler dans la boue, c'était tout de même bien engagé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le bain de Monsieur Crâne (pv Lakhsry)   Lun 13 Jan - 19:22

Lak regarda aux alentour, tous les homme étaient tourné vers lui, il analysa la situation.

Moi : Grimoire à terre, mes sort sont bien en tête mais je ne peux les utiliser, mon bras gauche me démanger fortement, mon bâton dans ma main droite ne constitue pas une arme de choix.
1 ère : semblait être le chef, imposant mais visiblement non armé.

2éme a ça droite : dague ne main, il semble également sous l’emprise de l’alcool, ne semble pas être une véritable menace.

3éme sur sa gauche : une hache dans la main et les yeux de tueur, semble avoir un légère expérience du combat et sa hache semble bien aiguiser.

4éme face à lui : Fait craquer ces poings, un pugiliste, faire attention a ces technique aux corps à corps.

5éme derrière le 4 : semble s’occuper du numéros 6 en lui enfonçant un lame dans la chaussure, brandit face à lui.

6éme devant le 5 : brandit sa lame-chaussure tel une arme légendaire, soit il est idiot, soit il est malin.

 Autre : Je me sens bizarre, comme si mes  force s’étaient amoindris, ce qui est probablement le cas, je ressent également une très forte puissance noir au-delà de la probable ‘’’sphère anti-magie’’.

Lak sourit, voilà une situation forte intéressante, il ne pouvait user de ces sort, une liche avait néanmoins bien des tours dans sa manche, il n’allait pas relâcher tout la haine que les liche portent  aux humain car l’aura de terreur serait assez grande pour rameuter tous les prêtre alentour pour le purifier le faire disparaitre.

Il regarda aux alentour, quand soudain, l’homme à la hache tenta de frapper le mage au niveau de l’épaules, Lak esquiva d’un pas en arrière et compris que la situation ne jouais pas en son avantage.

Il n’avait donc pas le choix

Il planta son bâton dans le sol et attrapa son bandage qu’il défie dans un mouvement qui se voulait théâtral, il exposa alors son bras-zombie, greffer de nombreux ärm de tout sorte dont un en forme de chaines, pendant le long et s’agita dans le vide, des pseudo-griffes avaient pousser et les ‘’plaque d’argent’’ était toujours là, malheureusement, la sphère d’anti magie le coupait de l’utilisation des plaques et de la métamorphose de son bras, néanmoins, ce ne fut pas ce qu’il voulait.

Il reprit son bâton a deux main cette fois qu’il fit tourner dans ces mains, il se mit en positon de lancier et fit face a l’homme a la hache. Celui-ci tenta un coup horizontal pour décapiter lak, ce dernier esquiva en ce baissant promptement envoya son bâton dans le ventre de l’homme, lui coupant le souffle, il ne compris pas comment mais visiblement, la chance lui sourit enfin, il ce redressa et donne un coup non-académique avec son bâton dans la tête de l’homme, celui-ci fit mine de tomber mais le mur le réceptionna, Il ne mit pas long toute fois à ce relever, lak fonça sur l’homme qui lui tournait le dos et qui semblait fixer l’homme avec la chaussure, il pris son bâton par le bout et des deux mains et fracassa littéralement le bois sur le crâne de l’homme, ce dernier chancela et posa une mains contre le mur tout en ce massant le crâne, Lak arriva près de l’homme a la lame chaussure mais ne sut que faire, attaquer ? ou l’aider ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Le bain de Monsieur Crâne (pv Lakhsry)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» monsieur Jambou
» reportage en image de weris les bain ...............
» Requête auprés de Monsieur le frére du roi
» Le passeport de Monsieur Rouzier s'est-il perdu dans le courrier ?
» Bonne fête monsieur le président!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aeoris :: La cité :: Ruelle sombre-
Sauter vers: