Aeoris
Bienvenue sur Aeoris !
Il s'agit d'un forum RP basé sur l'univers médiéval-fantastique du monde d''Arcadia et plus précisément dans la cité D'Aeoris. Nous comptons actuellement 41 membres, et l'ambiance est excellente, en particulier sur la chatbox du site. Le forum est très actif et de nombreux RP et events sont au programme. Tous les amateurs de manga, musique, dessin et autres activités artistiques trouveront aussi leur bonheur dans la partie dédiée à ce sujet. Si vous êtes à la recherche de RP passionnants, de gros délires et d'une ambiance sympa, n'hésitez pas et rejoignez-nous !
(Demandes de partenariat inter-forums dans la partie prévue à cet effet. Pas besoin d'inscription.)


Les anonymes redeviennent poussière, sans personne pour les pleurer. Seuls les actes sont honorés.
 
AccueilFAQMembresS'enregistrerConnexionCalendrier
Bienvenue sur Aeoris. Rejoignez nous et forgez votre destinée !
Le forum va bientôt être en reconstruction, nous travaillons pour pouvoir vous fournir un contenu de qualité.
DESIGN EN REFONTE ; n'en tenez pas compte, continuez à RP !
L’équipe du site
Admins :
Derniers sujets
» Alibi-RPG!!
Lun 8 Mai - 13:58 par Invité

» Réveil difficile [RP solo]
Ven 7 Avr - 0:02 par Kaltaïs Thra

» Images du site
Jeu 16 Mar - 17:40 par Kaltaïs Thra

» L'horreur dans la cale
Dim 15 Jan - 14:46 par Vas Solemen

» Autour d'un verre [PV Aliah]
Mer 28 Déc - 22:32 par Kaltaïs Thra

» De l'ombre à la lumière
Lun 19 Déc - 15:37 par Aliah

» Une épreuve explosive [pv Nindaeï - Aliah]
Jeu 15 Déc - 15:51 par Aliah

» Une rencontre déterminante
Sam 26 Nov - 15:04 par Nindaeï Murmuresoleil

» Une mission de "discretion"
Mer 23 Nov - 0:52 par Aliah


Partagez | 
 

 La clé perdue d'Erthel'ak [rp mission]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La clé perdue d'Erthel'ak [rp mission]   Sam 1 Juin - 16:43

La Clé Perdue d'Erthel'ak



Quelques jours plus tôt...

La soirée battait son plein à la taverne qui servait de QG aux Voleurs. Au fond de la  grande salle, sa chaise adossée contre le mur, les pieds sur la table et un verre à la main, Keleann réfléchissait.
Cela faisait maintenant plusieurs mois qu'elle travaillait pour la Guilde des Voleurs, et les quelques exploits qu'elle avait accomplis lui avaient valu une bonne réputation. Les clients se faisaient plus fréquents, mais les missions étaient la plupart du temps sans intérêt et plutôt mal payées. Or, Keleann avait prit goût aux défis, et s'était aperçue qu'une bourse bien remplie valait parfois mieux que des menaces pour s'assurer la loyauté (et extorquer des informations) à des individus peu scrupuleux.
Pour retrouver les assassins de son père, et ceux qui l'avaient envoyé en enfer, elle avait besoin d'argent. De beaucoup d'argent. De quoi s'acheter les services de gens peu recommandables, et d'un bateau. Elle avait quelques économies de côté, mais la majorité de son salaire passait dans les frais quotidiens. Ce n'était pas rentable. Aussi avait-elle pensé à monter un petit commerce, d'apparence anodine (vente d'équipements, bijoux..etc) mais qui en fait cacherait un trafic plus profond d'objets spécialisés pour les voleurs, et surtout, d'information et de "services" illégaux.
Elle soupira en pensant qu'elle était devenue tout aussi machiavélique que les ripoux avec qui elle était forcée de travailler.

Elle avait eu la chance de se dégoter un petit local, non loin du centre ville d'Aeoris, dans un quartier apprécié des Voleurs. Un vieux commerçant était décédé de façon peu naturelle, et ses descendants n'ayant pas envie de s'encombrer de ses biens, vendaient son magasin. L'endroit était exigu, et plutôt sombre, mais comportait un grand sous-sol, et un passage souterrain menait à plusieurs salles vides, qui seraient idéales pour entreposer sa marchandise.. illégale. Les vendeurs ignoraient la présence de ce passage, Keleann l'avait découvert par hasard, grâce à son sens de l'observation aigu, et son odorat développé. C'était l'endroit idéal. Vendu à un prix honteusement élevé. C'était néanmoins l'endroit parfait pour son projet, elle s'était donc empressée de verser un acompte aux ex-propriétaires, avec promesse de leur verser le reste avant la fin du mois. Il lui restait une semaine pour trouver 800 pièces d'or.

Elle était en train de se dire avec désespoir qu'elle ne parviendrait jamais à rassembler une telle somme, lorsqu'un messager portant le symbole de la Guilde du Dragon Rouge se présenta devant elle. Voir un messager officiel de la guilde n'était généralement pas bon signe. Cet enquiquineur de Reivax avait-il décidé de lui faire tomber à nouveau du marbre sur la tête ? Elle eut un ricanement dédaigneux, et prit le message qu'on lui tendait.
Elle grogna en constatant que Reivax en était bien l'auteur, mais fut surprise du contenu du message. Une mission. Il l'engageait pour une mission. Avec une récompense de.. 1000 pièces d'or ?
Rhaaaaaaaaaaah !
Elle en aurait presque hurlé de frustration ! Le fourbe ! Il savait très bien qu'elle refusait son autorité, et ne voulait pas travailler pour lui, et il lui proposait une mission, non, un défi, avec en plus l'argent dont elle avait besoin, de sorte qu'elle ne puisse pas refuser ! Coïncidence ? Elle en doutait. Il était toujours au courant de tout.
Brûlant de rage, elle apostropha sauvagement le messager :

- Très bien, je prends ! Mais soyons clair, au moindre coup tordu, je lui arrache les c****les pour en faire des bourses de cuir !

Et elle quitta la taverne à grands pas furieux, le message serré dans sa main.



Le lendemain matin, à l'aube, elle se glissa hors de la capitale, avec pour tout paquetage une besace contenant ses outils de voleuse, une couverture et quelques vivres. Elle s'arrangea pour monter sur le chariot d'un marchand, et son voyage vers Cantabria commença. Elle alla de village en village, parfois à pied, parfois en chariot. Et quelques jours plus tard, la grande cité côtière faisait son apparition.
La jeune Voleuse entra dans la cité en fin d'après-midi, fatiguée et affamée. Elle avait marché toute la journée, et sa première pensée fut de trouver une auberge où se restaurer et prendre un bain. Elle déambula un moment en ville, avant de choisir un établissement discret, situé en périphérie de la ville, et d'où on voyait la mer. Elle prit une chambre pour 3 nuits. Elle se donnait trois jours pour trouver la clé d'Erthel'ak, au delà de ce délai, sa présence serait remarquée, et celui qui possédait la clé se méfierai. Trois jours, pas plus, ou ce serait l'échec.
La jeune voleuse s’installa dans sa chambre, une jolie pièce décorée dans les tons bleus et jaunes, où trônait un lit à baldaquin, un bureau de bois blond, et une grande armoire. Par la fenêtre entrait un air frais, dont le parfum iodée rappelait à la fille de pirate qu'elle était de lointains souvenirs. Nostalgique, elle déposa ses affaires sur le lit, et se glissa dans la salle de bain attenante, où l'attendait un bain brûlant. Là, immergée dans l'eau chaude, elle réfléchit à la façon dont elle allait procéder.
Tout d'abord, il lui fallait rassembler des informations sur la Clé : son apparence, ses éventuelles propriétés magiques, qui la possédait, que se soit une vraie ou une copie, où la trouver, les éventuelles protections.. etc. Pour cela, il lui fallait trouver les bonnes personnes. Elle savait où se rendre.
Il y avait une taverne, à l'ouest de la cité, dont le gérant laissait traîner des oreilles un peu partout. Il était le centre d'un vaste réseau d'information au sein de la cité. Des informations qui se monnayaient, pour autant qu'on ait une bourse bien garnie. Keleann soupira. Cela allait encore lui coûter les yeux de la tête. Elle se demanda distraitement si elle pouvait faire passer cette dépense en note de frais et se faire rembourser par Reivax.
Elle décida de se rendre au lieu-dit dans la soirée. En attendant, elle se commanda un délicieux plat de poisson, qu'elle engloutit avec plaisir, et s'offrit même le luxe d'une petite sieste.

La nuit tombée, elle s'engouffra telle une ombre dans les rues de Cantabria, en direction de la taverne des informateurs. C'était un établissement vaste, à l'air anodin, voir miteux vu de l'extérieur, mais luxueux et convivial à l'intérieur. Tout était pensé pour dissuader les grands nobles influents de Cantabria d'entrer dans la taverne. On y trouvait toutes sortes de clients louches. Des informateurs venus vendre ce qu'ils avaient appris à des prix faramineux, des voleurs, des mercenaires, des assassins, des petits nobles crapuleux venus engager quelqu'un pour faire mystérieusement disparaître un concurrent.. Tous les conspirateurs de la ville se retrouvaient ici. C'était le meilleur endroit pour apprendre ce qu'on voulait savoir. Il suffisait parfois de laisser traîner une oreille attentive, ou simplement de débourser quelques piécettes.
Keleann traversa sa grande salle d'un pas nonchalant, et alla s'asseoir au bar en arborant un air faussement fatiguée. Elle s'était en réalité assise au seul endroit d'où elle pouvait voir l'ensemble de la salle, et était concentrée sur les conversations alentours. Mais aucune ne l'intéressait. De la petite noblesse conspirait contre un puissant orfèvre, un voleur de bas étage tentait de refourguer sa camelote à un pigeon, un jeune elfe sans morale engageait un assassin pour éliminer son père et s'en mettre plein les poches.. La société n'était pas glorieuse. Il n'y avait pas d'autre justice dans ce monde que celle qu'on accomplissait soit-même, et celle de l'argent. Keleann soupira, et se résigna à sortir sa bourse.
Le tavernier s'approcha pour prendre sa commande. Elle demanda des ailes de poulet frites, et un "cocktail des Trois Factions". Une étincelle brilla dans l’œil du tavernier. Elle venait d'utiliser le nom de code qui signifiait qu'elle était prête à payer en échange des bonnes informations.. Le gros homme moustachu se hâta de lui apporter son plat, de quoi boire, et s'assit face à elle. Tandis qu'elle mangeait, Keleann posa une pièce d'or sur le bar.


- A ton service ma jolie.
- Dis moi tout ce que tu sais sur la clé d'Erthel'ak, et je t'en donne une deuxième, répondit la Voleuse à voix basse en exhibant une autre pièce d'or.
- La clé d'Erthel'ak.. huuuum...

Le tavernier se gratta pensivement le menton.
- On dit qu'elle donne à celui qui la porte l'accès vers le monde des esprits, et lui permet d'invoquer des spectres. Ce serait en fait le croc d'un des anciens démons qui furent vaincus pendant la guerre des Failles. L'un des Hauts-Elfes de Cantabria l'aurait découverte et faite monter sur un pendentif d'or pur, et pour tromper quiconque voudrait s'en emparer, en a fait des copies qu'il a vendues sur le marché. Je ne connais pas l'identité de cet elfe, mais une chose est sure, il fait partie de la Noble-Alliance. Tenter de lui voler la clé serait un pur suicide. Ces types la sont toujours entourés d'une tripotée de gardes du corps et leurs manoirs sont de véritables forteresses.
- Combien y a-t-il de Hauts-Elfes à Cantabria ?
- 12.
- Combien possèdent des orfèvreries ?
- 4.
- Leurs noms ?
- Fendaë, Keryln, Met'laë, Bäldryn. Ils habitent tous dans le quartier le plus riche, sur les hauteurs de la ville.


Keleann posa la 2e pièce d'or sur la table.
- Merci.
- Prends garde à toi, ce quartier est truffé de gardes.
- Celui qui m'attrapera n'est pas encore né.
- Comment comptes-tu identifier la vraie clé des copies ?
- Secret.


Keleann sourit, se leva, et quitta la pièce de sa démarche chaloupée. Son instinct animal allait lui être plus qu'utile dans cette mission. Elle repérait les objets magiques facilement à leur aura, ceux-ci lui hérissaient l'échine. Il ne lui restait qu'à trouver le bon Haut-Elfe, entrer dans son manoir, voler la clé et survivre. Pendant un instant, elle regretta que Sicryn ne soit pas avec elle. Le pouvoir de manipulation du vampire et ses talents de combattant lui auraient été bien utiles pour cette mission.
Perdue dans ses pensées, elle ne vit pas l'ivrogne sortir de l'ombre d'une ruelle.
.
Une grosse paluche crasseuse agrippa son épaule, la tirant violemment en arrière, une deuxième main se plaqua sur sa bouche, étouffant son exclamation de surprise, et elle se retrouva brusquement plaquée contre un mur. A demi assommée, elle ne réagit pas tout de suite.. Une main caleuse se glissa entre ses cuisses, une autre sur ses seins. Un frisson de dégoût la parcourut, et ce fut instinctif. Elle se transforma et mordit. A la gorge. L'homme s'écroula dans un gargouillis, et elle prit la fuite. 
Elle courut. Longtemps. Jusqu'à la mer. Là, haletante, elle put enfin se calmer. Et lorsqu'elle eut retrouvé un esprit lucide, et chassé sa partie animale, elle regagna la ville, invisible, et plutôt que de tourner en rond dans sa chambre à l'auberge, elle décida d'aller repérer les quartiers de la Haute Noblesse Elfique. Sous sa forme de renard, elle passerait aisément inaperçu. Elle se dirigea donc en trottinant vers les hauteurs de la ville.
La différence entre le quartier des Hauts Elfes, et ceux des petits bourgeois était plus que visible. Ici, les signes de richesse étaient... carrément ostentatoires. De quoi vous coller une sérieuse conjonctivite. Quand au nombre de gardes, il était.. faramineux. S'introduire dans l'une de ses bâtisses n'allait pas être facile.
Elle se promena encore un moment dans le quartier, le temps de repérer les résidences de ses.. proies. Va et vient des gardes, pièges magiques, elle rassembla un maximum d'informations avant de quitter les lieux, et de regagner son lit et de plonger dans un sommeil agité.


Elle se réveilla tard le lendemain, et épuisée. S'aventurer dans le quartier des hauts-elfes en plein jour, au milieu d'une nuée de gardes pour voler un objet bien protégé étant du pure suicide, elle se résolut à attendre la nuit pour agir. Elle prit donc son temps. Elle prit un bain interminable, alla au restaurant se goinfrer de spécialités culinaires de Cantabria, et s'offrit même une bonne sieste.
Revigorée, et le soir approchant, elle commença à préparer son matériel. Uniquement vêtue d'une courte brassière et d'un shorty, elle revêtit un étrange harnais comportant de multiples poches dans lesquelles elle enfourna divers ustensiles métaliques, des runes, des pierres, des sels magiques, des poudres à l'aspect et à l'odeur douteuses, des verres colorés, de petits objets enchantés, un passe partout, un couteau, des armes de jets.. etc.. etc..

Et puis, elle se transforma. Les minces vêtements disparurent, et l'étrange harnachement s'adapta au corps du renard qui se tenait à présent là. La sauvage voleuse sauta alors par la fenêtre de sa chambre sur un toit proche, et prit la direction du quartier des Hauts Elfes, sa fourrure rousse flamboyant à la lumière du soleil couchant.
Perchée sur les hauteurs, elle se glissa au coeur du quartier des Hauts Elfes à la nuit tombée, et se posta à un endroit d'où elle pouvait voir sans être vue. La, elle se retransforma. La charmante rouquine refit son apparition, et s'empara aussitôt des curieux verres colorés qui se trouvaient dans une des poches de son harnais. C'était des filtres magiques, elle les plaça devant ses yeux, et examina avec attention les quatre manoirs/châteaux/palais? (ces elfes avaient vraiment un égo - et une fortune ! - démesuré). Elle identifia chaque piège magique, chaque émanation, chaque recoin de chaque bâtiment, et en conclut une chose : l'objet qu'elle cherchait se trouvait quelque part au milieu du plus immense de ces immenses palais. Les émanations magiques y étaient telles, qu'elle n'avait pu déterminer combien de pièges étaient placés à cet endroit.
La jeune voleuse déglutit péniblement, et une sueur froide commença à dégouliner dans son dos. Il se pouvait fort bien qu'elle ne revienne jamais de cette mission. A vrai dire, c'était même quasiment certain. Elle courrait à sa mort, et pourquoi ? Une sordide histoire de vengeance et d'honneur ? C'était dingue, complètement dingue. Ce monde était dingue ! Il fallait que .. ! Non.
Elle se donna une bonne paires de claques, qui lui donnèrent les larmes aux yeux, mais qui curieusement, lui firent du bien. C'était le moyen le plus simple qu'elle avait trouvé pour garder son sang-froid, et contrôler le puissant instinct animal qui lui hurlait de s'enfuir à toutes jambes.
Elle s'ébroua, et reprit sa forme de renard, les étranges filtres colorés toujours devant ses yeux, et s'avança sans un bruit vers le plus grand des palais. Cent fois, elle dut s'arrêter pour éviter un regard, cent fois elle crut être prise par une patrouille, mais non. Le coeur battant, le souffle court, elle parvint à se glisser entre les grilles de l'immense jardin qui bordait le bâtiment central.
De près, le méli-mélo d'émanations magiques semblait un peu plus clair. Il y avait les protections classiques de ce genre de palais, et puis, il y avait quantité d'autres sorts provenant... d'en dessous. Le trésor se trouvait au sous-sol.

Toujours sous forme animale, Keleann fit le tour du bâtiment, cherchant un moyen d'entrer. Après en avoir fait trois fois le tour, elle allait renoncer et chercher ailleurs, lorsqu'un très léger courant d'air lui chatouilla le museau. Un courant d'air qui sentait le moisi et provenait.. d'un kiosque de jardin ? Un kiosque de jardin moisi ? Dans la plus riche des résidences de Cantabria ? Impossible.
La renarde se hâta d'aller fureter du côté dudit kiosque, suivant à l'aide de son flair l'odeur de moisi, qui la guida vers un pilier de pierre au centre de l'édifice. Elle suivit l'odeur désagréable jusqu'à avoir la truffe collée à la pierre et.. Bascula dans le vide avec un glapissement d'effroi.

Elle glissa dans le noir pendant un temps qui lui parut interminable, avant de finir par s'étaler mollement contre un sol dur et froid. Elle resta un long moment immobile, tentant de contenir les battements désordonnés de son cœur et la vague nausée qui lui montait à la tête. Quand le sol cessa de tanguer sous elle, elle rouvrit les yeux pour découvrir un décor digne d'un film d'horreur.
Un couloir, étroit, aux murs suintants de moisi, son sol marbré ça et là de flaques d'eau croupie. Poussière et toiles d'araignées, geôles exiguës où pendent de vieux squelettes défraîchis. Charmant. Tout  à fait charmant.
Elle était tombée aux oubliettes.

Elle dut faire un effort surhumain pour contenir une énorme crise d'angoisse. Elle détestait les endroits sombres et étroits, elle détestait être enfermée. Cela lui rappelait cette cave sombre et nauséabonde, où elle dut survive pendant plusieurs années à d'atroces expériences...
Haletante et tremblante, Keleann reprit forme humaine, et se mit à avancer à tâtons le long du couloir. Elle avança longtemps, si longtemps qu'elle perdit toute notion du temps. L'odeur de moisi devenait insupportable et lui donnait la nausée, et elle avait perdu tout repère géographique. Elle commençait à se dire qu'elle allait mourir piégée dans ce dédale souterrain, rejoindre ces squelettes blanchis, lorsque son pied buta contre une marche. Devant elle se trouvait un escalier.
Retrouvant brusquement une lueur d'espoir, elle gravit fébrilement les marches inégales, fit sauter de ses gonds une vieille porte vermoulue, et se retrouva dans une grande salle de pierre gravée de vieux symboles. Elle s'écroula alors sur le sol, et s'endormit, épuisée.

Elle fut réveillée quelques heures plus tard par la faim qui lui tiraillait l'estomac. En soupirant, elle entreprit d'examiner l'endroit où elle se trouvait. Sur les murs étaient gravés de vieux symboles elfiques qu'elle reconnut comme étant les runes d'un vieux sort de protection, aujourd'hui inactif. Et face à elle s'ouvraient deux portes. L'une, vermoulue et branlante, menait à un corridor poussiéreux, alors que la seconde, étonnamment rutilante, était verrouillée. La jeune voleuse sortit son passe partout et ses outils de crochetage, et s'attaqua à la serrure, qui ne lui opposa que peu de résistance. Elle pénétra alors dans un vaste couloir en pente douce, qui montait vers une haute salle dont elle pouvait apercevoir les voûtes en ogives.
Keleann avança avec prudence, elle sentait une forte énergie magique émaner de la salle et en effet, lorsqu'elle arriva à hauteur de la pièce, ses filtres magiques lui permirent de détecter qu'un sort mortifère avait été placé sur l'intégralité du sol.
"Tiens donc ! Je doute que ce sort soir destiné à protéger les oubliettes... Je dois approcher d'un trésor. Espérons que ce soit celui que je cherche."

Keleann se baissa à hauteur du sol et l'examina avec attention : celui-ci était intégralement recouvert d'une énorme rune, qui alimentait le sort en énergie magique, et protégeait toute la dalle de pierre qui formait le sol. Le sol, pas les murs. La Voleuse sourit et s'équipa aussitôt de gants armés de crochets, et de crampons, puis elle s'approcha de la grande arche qui formait la porte de la salle, et, frôlant la limite de la dalle piégée, crocheta le mur de gauche. Juchée sur des prises minuscules, elle se déplaça latéralement, crochetant de ridicules interstices entre les pierres murales, jusqu'à atteindre l'autre côté de la salle, où s'ouvrait un nouveau couloir. Elle allait se détacher du mur pour prendre appui sur le dallage rouge du couloir, lorsqu'un morceau de pierre tomba et toucha la zone piégée avec un grésillement. La Voleuse eut juste le temps de se jeter dans le couloir avant que le sort n'augmente brusquement d'intensité et la fasse griller. Elle atterrit en un roulé boulé, et regarda derrière elle avec angoisse. Ce n'était pas passé loin.
"Je ferais bien de déguerpir d'ici vite fait avant qu'ils ne se décident à venir voir qui s'est fait rôtir dans leur piège..."

La rouquine se mit donc à courir dans les couloirs et les salles, esquivant dards empoisonnés, fosses pleines de pics, et autres pièges habituels de ce genre de lieux, elle dut désamorcer trois pièges magiques dans trois grandes pièces. Elle se guidait dans ce dédale de salles et de corridors grâce à ses filtres magiques. Elle suivait les émanations magiques de plus en plus puissantes, qui la menaient pas à pas vers le trésor (bien protégé) du maître des lieux. Elle faillit mourir une bonne demi-douzaine de fois, avant d'arriver devant la porte la plus immense et la plus brillante qu'elle ait jamais vu. Entièrement en or, gravée de motifs contant l'histoire d'une famille d'orfèvres, elle devait peser plusieurs centaines de kilos, coûter le prix d'une petite ville, et.. était visiblement fermée par une serrure magique. Evidemment. C'eut été trop facile.

Elle s'assit sur le sol, se prit la tête entre les mains. Pourquoi avait-elle accepté cette mission ? Quelle folie lui avait traversé l'esprit pour la pousser vers un tel suicide ? Elle allait mourir ici, stupidement, devant cette fichue porte, devant un piège très ancien qu'elle ne pensait pas trouver ici. Elle n'avait pas les ingrédients nécessaires pour le désamorcer. Mais elle ne pouvait pas revenir en arrière. En maudissant Reivax et sa descendance sur 30 générations, elle fit l'inventaire des matériaux qui lui restait, réfléchissant à une possible combinaison lui permettant de déverrouiller la serrure magique. Elle n'en trouva qu'une, qui lui laissait .. environ 10 % de chances de survie.
Keleann rassembla ses ingrédients, pria tous les dieux qu'elle connaissait de lui accorder la survie, et s'approcha de la porte, la gorge nouée. La main tremblante, elle disposa deux cristaux de quartz rose au pied de chaque chambranle de la porte, et brandit haut au dessus de sa tête un troisième cristal de quartz blanc. De l'autre main, elle lança sur la porte une poudre brillante de couleur rouge et cria en ancien langage :
- Balse Illdril ! (Brise l'illusion)

Les cristaux s'illuminèrent violemment et une épaisse fumée rouge s'éleva, aussitôt suivie d'une effroyable détonation qui envoya valser la Voleuse à plusieurs mètres. Keleann s'assomma à demi en heurtant le mur du couloir, et se mit à tousser en respirant l'acre fumée qui émanait de la porte. Elle se hâta de mettre un linge devant son visage, et ferma les yeux le temps que la fumée se dissipe. Puis elle se leva en grimaçant. Une douleur sourde pulsait le long de son flanc droit, elle avait sans doute une où deux côtes cassées. Elle s'estima heureuse d'être encore en vie.
La Voleuse tituba vers la porte, encore étourdie par sa récente rencontre avec le mur de pierres. Au pied de la porte, les cristaux noircis, brisés, étaient devenus inutilisables. Le sort d'illusion carbonifère sur la porte semblait dissipé. Une serrure était apparue. Keleann l'examina prudemment, sortit ses outils de crochetage, et toucha la serrure avec méfiance. Elle ne finit pas brûlée vive, et en conclut donc que son sort avait marché, et qu'elle pouvait déverrouiller la serrure tranquille.
Ignorant la douleur de ses côtes brisées, elle se concentra sur le mécanisme. Il était complexe, mais pas inabordable. Elle passa un long moment à rechercher la bonne combinaisons de mouvements et à modeler son passe partout. Enfin, la serrure émit un déclic cristallin et.. il ne se passa rien.
Keleann recula, perplexe. Elle s'attendait à ce que la porte d'or s'ouvre d'elle même, où qu'une poignée apparaisse. Elle était en train de se demander si elle n'avait pas fait quelque chose de travers lorsqu'un grondement émana de la porte. Elle recula précipitamment, de peur de se prendre un piège dans la figure, mais il n'en fut rien. Elle resta ébahie devant le spectacle qui se déroulait devant ses yeux : la porte d'or fondait. Elle fondait, de haut en bas et dégoulinait dans un petit caniveau. Il n'en resta bientôt plus rien.

La Voleuse stupéfaite enjamba alors la flaque d'or liquide, et pénétra dans la salle du trésor.. et poussa un soupir indigné. Devant elle s’étalaient des centaines et des centaines de pendentifs identiques. Keleann poussa un juron digne du plus mal-poli des nains. Comment retrouver la véritable clé d'Erthel'ak dans tout ce fatras ? Elle ne trouva qu'une solution : examiner chaque pendentif, un par un, minutieusement. Si la clé possédait autant de pouvoirs magiques qu'on le lui avait décrits, elle devrait le sentir en l'ayant entre les mains. Elle commença sa pénible tâche, en espérant de tout son cœur que l'ouverture de la porte n'avait pas activé une quelconque alarme, et que personne ne viendrait la surprendre.

Au bout de deux heures, une bonne centaine de copies de pendentifs étaient entassés derrière elle. Epuisée, elle commençait sérieusement à perdre espoir, et se demandait si cette sale n'était pas qu'un piège destiné à faire perdre du temps à un éventuel voleur.. à le faire mourir d'ennui. Une fois encore, elle tendit la main vers les pendentifs restant d'un air désabusé, et s'arrêta net. Un étrange frisson remonta le long de son bras. Le genre de frisson que lui provoquaient la proximité directe avec les objets magiques puissants. La clé était là, dans le tas de copies qu'elle avait sous les yeux.
La change-forme se concentra, faisant appel à son curieux sixième sens pour identifié l'objet. Elle repoussa plusieurs pendentifs, en dégageant d'autres. L'un d'entre-eux, légèrement plus brillant, attira son attention. Elle s'en saisit, et le frisson qui la secoua alors fut si violent qu'il lui tira un hoquet de surprise. L'objet était terriblement puissant. Elle se demanda ce que Reivax comptait en faire, puis se secoua. Elle avait trouvé la clé !
Keleann se releva en hâte, un grand sourire satisfait sur son visage fatigué. Il était grand temps de quitter les lieux !

Elle ne pouvait pas repartir par où elle était entrée, aussi examina-t-elle plus attentivement la salle où elle se trouvait. Et elle finit par découvrir ce qu'elle attendait : une porte dérobée, dissimulée dans une grande colonne, tout au fond de la salle. Elle se doutait bien que le maître des lieux, pour accéder à ses petits trésors, évitait de passer par toute la série de pièges réservés aux visiteurs. Elle chercha un moment le mécanisme qui permettait d'ouvrir la porte secrète, et finit par trouver. Un pan de colonne s'ouvrit en silence, révélant un escalier en colimaçon exigu, qui l'élevait dans le noir. Avant de s'y engouffrer, Keleann préleva sa "taxe de dédommagement" sur le trésor de l'orfèvre, et bourra ses poches et sa besace de bijoux et de pièces en or. Quitte à mourir, autant mourir riche. Elle ignorait où la mènerait l'escalier secret, mais elle doutait sérieusement de sortir du palais sans rencontrer de difficultés.
La porte de pierre se referma derrière elle, et la jeune voleuse commença son ascension dans l'obscurité..

Au bout d'un long moment, elle finit par déboucher dans ce qui ressemblait fort.. à un placard à balais. Elle haussa un sourcil surpris, elle s'attendait plutôt à tomber dans un bureau richement décoré, avec une moquette rouge moelleuse.. tant mieux, elle aurait sans doute moins de mal à se glisser au dehors. Elle entrebâilla doucement la porte du placard. Celui-ci se trouvait dans une vaste pièce, visiblement une réserve. Elle distinguait des tonneaux, des jambons étaient suspendus à une poutre, des cageots de légumes et de fruits étaient entreposés non loin.
La vue de la nourriture raviva la faim terrible qui lui dévorait le ventre, et son estomac se mit à gronder. La pièce était déserte, elle se rua donc hors du placard. Elle attrapa des fruits, découpa un morceau de jambon qu'elle engloutit avec délice, et poussa un profond soupir de soulagement. Puis, tout en dégustant une pomme bien juteuse, elle chercha une issue. Une petite lucarne, non loin de la poutre des jambons, lui appris que c'était la nuit. Combien de jours avait-elle passé là-dessous ? Elle l'ignorait, mais il lui faudrait rallier la capitale au plus vite, si elle ne voulait pas que Reivax ne la croit morte.

Keleann grimpa sur une grosse caisse de bois (visiblement pleine de patates) et se hissa sur la poutre aux jambons. Elle examina la lucarne. Celle-ci semblait juste assez grande pour lui permettre de se glisser au dehors. Keleann se saisit du jambon le plus proche, le décrocha de son support, et s'en servit comme d'un marteau pour briser la vitre. Cela fit un peu de bruit, mais elle s'en fichait. La Voleuse balança le jambon au dehors, et agrippa le rebord de la lucarne avant de se hisser sur la pelouse. Elle était si heureuse de se retrouver dehors qu'elle se mit à pleurer. Toute la pression et la fatigue de ces derniers jours sortirent d'un coup. Elle resta un moment à hoqueter le nez dans l'herbe humide avant de se ressaisir, de se changer en Renard, son harnais à poches chargé d'or, d'attraper son jambon, et de s'enfuir vers les hautes grilles du palais.
Dans sa hâte, la change-forme négligea de vérifier la présence de gardes et passa au galop devant une patrouille de gardes qui tentèrent de l'attraper en vociférant : "Sale bête ! Rend-moi ce jambon !" mais aucun ne remarqua son étrange harnais, et ils ne la poursuivirent pas au-delà des grilles.

Elle courut loin, très loin, hors de Cantabria, droit vers la capitale. Elle courut jusqu'à l'épuisement. Alors, elle se roula en boule et s'endormit. Elle se réveilla le lendemain, dévora le jambon, et repris sa course jusqu'à la capitale. S'arrêtant de temps en temps pour se désaltérer, se nourrir, dormir un peu.

Trois jours plus tard, un renard hirsute, sale et épuisé se présenta devant Reivax Baëlean, tenant dans sa gueule un étrange pendentif...

[Fini]
Revenir en haut Aller en bas
Reivax Baëleän
~ Maître des Voyageurs ~
~ Maître des Voyageurs ~
avatar

Messages : 426
Date d'inscription : 13/08/2012
Age : 20

Livre des Héros
Divinité: Aronax
Guilde: Guilde du Dragon Rouge
Résumé:

MessageSujet: Re: La clé perdue d'Erthel'ak [rp mission]   Jeu 1 Aoû - 17:24

En ce début de journée, Reivax se demandait de plus en plus si la jeune Swift était encore en vie. Certes, la mission n'était pas facile, mais pour une voleuse, ce devrait être un jeu d'enfant. D'ailleurs, il avait bien choisit son moment pour la lui donner. Il savait qu'elle manquait d'argent, 800 pièces d'or. Et voilà justement une mission qui tombait pour elle avec 1000 pièces d'or de récompense. Est-ce qu'il était juste fourbe, sadique et cruel ou est-ce que c'était une forme d'intelligence? Reivax aimait se dire que c'était une compilation des quatres. Néanmoins, c'était aussi une épreuve. Il savait bien qu'elle ne l'aimait pas et voulait voir ses capacités pour pouvoir l'utiliser au mieux. Cette gamine avait du potentiel... 

Au moment du repas de midi, il se dit qu'elle commençait à vraiment trop se faire attendre. Elle devait être morte. Dommage...encore un nom à coller au tableau des disparus. Il passa quelques heures après à éplucher des dossiers pour voir qui pourrait correspondre à cette mission. C'est vers quatre heure de l'après-midi qu'un grand frisson le traversa. Un frisson que seul un puissant artéfact draconique pouvait déclencher. Un artéfact comme la clé. Un grand sourire barra soudainement le visage du chef de faction. Tout se passait finalement mieux que prévu. Il fît alors monter un plateau de nourriture et une petite bassine pour se laver rapidement dans ce qui était désormais son bureau de l'Auberge du dragon rouge. Quelle ironie quand même...il était maintenant dans le rôle inverse. Qui sait, peut-être lui demanderait-elle aussi une promotion? Il attendit qu'elle se présente enfin face à lui, pouvant la suivre à la trace grâce au pendentif. C'est sur le coup des six heure qu'elle se présenta enfin devant lui, sale, visiblement épuisée, mais avec le pendentif en main...enfin, plutôt en gueule puisqu'elle était sous sa forme de renard.
Il se leva de son siège pour aller récupérer le bijou. Le renard le lui laissa sans opposer de résistance. Il se releva et désigna la nourriture et la bassine.

-Tu as de quoi te sustenter ainsi que de quoi te laver. Nous parlerons une fois que ce sera fait. Tu as l'air vraiment épuisée. Tu en profiteras pour me dire comment ça s'est passé.

N'attendant pas de réponse de sa part, il enfila le collier. Ce n'était en aucun cas pour un quelconque effet positif, uniquement pour être sûr de l'avoir à sa disposition. Le contact du métal magique froid sur son torse lui fît un effet étrange. L'artéfact, bien que vieux, renfermait encore le pouvoir qui lui avait été alloué il y a de celà des centaines d'années...C'était parfait. Il s'assit donc et attendit que la jeune Swift fît ce qu'il lui avait dit.

__________________________________

Cliquez ici--->Journal<---Cliquez ici

Cliquez aussi ici---->Le bestiaire<----Cliquez aussi ici

Et puis cliquez ici----->Le temple des légendes<-----Et puis cliquez ici
Revenir en haut Aller en bas
 
La clé perdue d'Erthel'ak [rp mission]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La clé perdue d'Erthel'ak [rp mission]
» Le Royaume perdu d'Arnor
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aeoris :: Monde extérieur :: Cantabria-
Sauter vers: